Accueil À propos de la SCSP Relations avec les gouvernements et Défense des droits Médias Coordonnées Plan du site Vie privée English
   
Société canadienne de la sclérose en plaquesMultiple Sclerosis Society of Canadatrouver un reméde - améliorer la qualité de vie
À propos de la sclérose en plaques Vivre avec la sclérose en plaques Recherche Traitements Donnez maintenant Aidez-nous Évenements spéciaux

 



Nouvelles sur la recherche et communications médicales
    partager +

Efficacité de l’interféron bêta-1a administré par voie intramusculaire après un syndrome clinique isolé : analyse de sous-groupes basée sur de nouveaux critères de risque

Afficher ou imprimer ce document dans son format original.

Vous devez télécharger ADOBE ACROBAT READER pour afficher le document ci-dessus - c'est GRATUIT..

Communication médicale
Le 17 juin 2009

Résumé

Le Dr Paul O’Connor, conseiller scientifique et clinique de la Société canadienne de la SP, et ses collègues rendent compte d’une analyse de données qui a permis de mettre en lumière de nouvelles informations. Il y a quelques années, des chercheurs ont fait l’essai de l’interféron bêta chez les personnes ayant subi un premier épisode de troubles neurologiques évocateurs de la sclérose en plaques (SP). Ce médicament s’est avéré efficace pour retarder l’apparition d’une deuxième poussée de SP. Le Dr Paul O’Connor et ses collègues ont réexaminé les données obtenues lors de l’essai en question et en sont venus à la conclusion que l’interféron bêta était particulièrement efficace pour retarder l’apparition d’une deuxième poussée de SP chez les personnes dont une seule région anatomique avait été touchée au cours du premier épisode évocateur de la SP. La nécessité d’opter pour un traitement précoce et de recourir aux agents modificateurs de l’évolution de la maladie après un premier épisode évocateur de la SP se voit ainsi confirmée par cette découverte, et ce, même lorsque peu de régions anatomiques sont touchées. Mult Scler. Juin 2009;15(6):728-34

Détails

Environ 85 pour cent des personnes atteintes de SP ont d’abord subi un syndrome clinique isolé (SCI). Or, les résultats de l’étude CHAMPS (Controlled High-Risk Subjects Avonex® Multiple Sclerosis Prevention Study) et l’analyse des syndromes présentés et des données de référence obtenues grâce à l’imagerie par résonance magnétique (IRM) ont démontré que l’administration hebdomadaire de 30 μg d’interféron bêta-1a (IFNb) par voie intramusculaire (IM) aux personnes ayant subi un SCI retardait l’apparition d’une SP cliniquement certaine, dans la population en général et dans les sous-groupes à l’étude. Les données obtenues récemment sur la classification des premiers symptômes et des risques associés en fonction des changements cliniques et des clichés d’IRM ont incité le Dr O’Connor et ses collègues à réexaminer les résultats de l’étude CHAMPS. Les chercheurs ont d’abord analysé les premiers symptômes selon un algorithme dérivé qui permettait de diviser les sujets en deux catégories (atteinte d’une seule ou de plusieurs régions anatomiques), selon le score obtenu lors de l’examen de différentes fonctions. Ils ont ensuite évalué la capacité de l’IFNb IM à retarder l’apparition d’une SP cliniquement certaine dans les sous-groupes, d’après les portraits cliniques et les clichés d’IRM. Cette nouvelle analyse a permis de découvrir que, selon les critères cliniques, 30 pour cent des participants à l’étude CHAMPS présentaient des lésions multifocales au départ, et que l’IFNb permettait de retarder l’apparition d’une SP cliniquement définie lorsqu’il était administré à la suite d’une première poussée démyélinisante aux patients dont une seule région anatomique était atteinte (P=0,0013), à ceux dont les clichés d’IRM montraient ou non des lésions rehaussées par le gadolinium (P=0,0007, P=0,0405) et à ceux qui avaient au moins neuf  lésions en T2 au début de l’étude (P=0,0044). Ces résultats confirment que l’IFNb permet de retarder l’apparition d’une SP cliniquement certaine chez les patients ayant subi un SCI.


Recherche et programmes nationaux

Available in English.

Avis de non-responsabilité
La Société canadienne de la sclérose en plaques est un organisme de bienfaisance bénévole et indépendant. Elle n’approuve ni ne recommande aucun produit ou traitement, mais renseigne sa clientèle afin que celle-ci puisse prendre des décisions éclairées.

Haut de page

ligne
 

Société canadienne de la sclérose en plaques
Ligne sans frais pour joindre votre division : 1 800 268-7582

Courriel : cliquez ici info@scleroseenplaques.ca
(Veuillez inscrire le nom de votre municipalité et de votre province dans votre courriel.)

© Société canadienne de la sclérose en plaques