Société canadienne de la sclérose en plaques

Formes

Il existe plusieurs formes de SP :

  • Syndrome clinique isolé
  • SP cyclique (poussées-rémissions)
  • SP progressive secondaire
  • SP progressive primaire

La forme la plus précoce de la SP est appelée « syndrome clinique isolé (SCI) ». Elle consiste en un épisode unique de symptômes neurologiques évoquant la sclérose en plaques. Souvent, à l’examen des clichés obtenus par IRM, le médecin décèlera la présence d’une seconde anomalie dans le cerveau ou la moelle épinière du patient. La survenue de plusieurs poussées signe la présence de la forme cyclique (poussées-rémissions) de SP, soit le type d’évolution le plus répandu au moment du diagnostic.

La forme cyclique (poussées-rémissions) également appelée « SP récurrente-rémittente », se caractérise par des poussées imprévisibles clairement définies (également appelées « crises » ou « attaques ») qui entraînent l’apparition de nouveaux symptomes ou l’aggravation de symptômes existants. Les poussées sont entrecoupées de rémissions qui peuvent être complètes (Figure 1a) ou partielles (Figure 2a) par rapport à l’état prépoussée.

Figure 1a
3c00d1e1f87c7f7cd2632ef607f0d92c_medium.gif

La plupart des personnes atteintes d’une forme cyclique (poussées-rémissions) de SP voient leur état évoluer vers une forme progressive secondaire. À cette étape de la maladie, on constate une aggravation progressive de la SP, accompagnée de peu de poussées, bien qu’on observe parfois des poussées occasionnelles, des rémissions mineures et des plateaux. (Figure 2b).

Figure 2a
Figure 2b

La forme progressive primaire se caractérise par une lente accumulation d’incapacités, sans poussées bien définies (Figure 3a). Elle peut se stabiliser pendant un certain temps et même donner lieu à une légère amélioration passagère de l’état de la personne (Figure 3b) mais généralement, elle ne comporte pas de rémission. Environ 15 pour 100 des personnes touchées par la SP présentent une forme progressive primaire de cette maladie. Environ 5 pour 100 des personnes atteintes de SP progressive primaire éprouvent d’emblée une aggravation soutenue de la maladie, accompagnée de poussées occasionnelles.

Figure 3a
Figure 3b
Open navigation