Société canadienne de la sclérose en plaques

Qu’est-ce que la SP?

Le Canada affiche le plus haut taux de sclérose en plaques du monde, comptant plus de 100 000 personnes atteintes de cette maladie, selon les estimations. Alors qu’elle est le plus souvent diagnostiquée chez de jeunes adultes âgés de 15 à 40 ans, la SP se manifeste aussi chez des enfants et des adultes d’âge mûr.

La sclérose en plaques est actuellement considérée comme une maladie auto-immune qui s’attaque au système nerveux central (cerveau, moelle épinière et nerfs optiques). Elle prend pour cible la myéline, gaine protectrice des fibres nerveuses, provoquant de l’inflammation qui entraîne souvent la détérioration de cette substance. La myéline est essentielle à la propagation de l’influx nerveux. Si elle n’est que légèrement détériorée, l’influx se transmet sans trop d’interruptions. Par contre, si la détérioration est importante et si la myéline est remplacée par du tissu cicatriciel, l’influx peut être complètement bloqué, et les fibres nerveuses risquent d’être elles-mêmes altérées.

La SP est une maladie imprévisible qui peut se manifester par les symptômes suivants : fatigue extrême, incoordination, faiblesse, fourmillements, troubles de la sensibilité, de la vision, de la vessie ou de la fonction cognitive et changements d’humeur. Elle a aussi des répercussions physiques, émotives et financières. Il n’existe actuellement aucun remède contre la SP, mais les chercheurs en apprennent chaque jour davantage sur les causes de la SP et sont plus près que jamais de trouver des moyens de contrer cette maladie.

Personne n’a à lutter seul contre la SP. La Société de la SP est là pour vous aider. Dans les collectivités d’un bout à l’autre du Canada, elle procure de l’information et du soutien aux personnes atteintes de cette maladie ainsi qu’à leur famille et elle leur propose des événements éducatifs et diverses ressources pouvant leur être utiles. Informez-vous sur les programmes et services qu’elle offre.

Des chercheurs subventionnés par la Société de la SP poursuivent leurs travaux dans le but de découvrir la cause de la SP, de mettre au point des traitements améliorés contre cette maladie (tant sur le plan de l’efficacité que sur celui des effets secondaires) et, ultimement, de guérir toutes les formes de SP. Informez-vous sur les travaux de recherche subventionnés par la Société de la SP.

Quelle est la cause de la SP?

En dépit de plusieurs décennies de recherche, la cause de la SP demeure inconnue. Selon diverses sources de données, le mode de vie ainsi que des facteurs environnementaux, génétiques et biologiques contribueraient à l’apparition de la SP. Toutefois, le rôle et la portée de ces facteurs continuent de faire l’objet de divers travaux de recherche. Des études subventionnées par la Société de la SP sont menées en vue de déterminer si certains facteurs de risque, tels le sexe, l’âge, les antécédents familiaux et le mode de vie, ont une incidence sur la vulnérabilité à la SP.

Qui peut avoir la SP?

La SP peut se manifester chez des personnes de tous âges. Toutefois, la plupart des personnes atteintes de SP reçoivent leur diagnostic entre 15 et 40 ans, soit juste au moment où elles terminent leurs études, se lancent dans une carrière ou fondent une famille. Soulignons que la SP peut aussi se manifester chez de jeunes enfants, parfois même âgés d’à peine deux ans, ainsi que chez des adultes d’âge mûr. Les femmes sont trois fois plus susceptibles d’être atteintes de SP que les hommes, et les personnes originaires du nord de l’Europe sont plus prédisposées à cette maladie que celles dont les origines se situent ailleurs dans le monde.

Comment diagnostique-t-on la SP?

La SP évolue souvent lentement et peut ne pas se manifester immédiatement. Après l’apparition des premiers symptômes, le médecin de famille oriente son patient vers un neurologue, qui établira tous les antécédents médicaux et procédera à un examen neurologique pour évaluer notamment les mouvements oculaires, la force musculaire et la coordination. Pour confirmer le diagnostic de SP, le neurologue peut avoir recours à des tests supplémentaires, comme un examen d’imagerie par résonance magnétique (IRM) pour déceler la présence de tissu cicatriciel dans le cerveau.

Au moment du diagnostic, on ne peut prévoir ni la gravité de la SP, ni son évolution, ni les symptômes qui en découleront.

Consultez l’information destinée aux personnes qui viennent de recevoir un diagnostic de SP.

La SP se manifeste-t-elle de la même façon chez les personnes qui en sont atteintes?

La SP se manifeste différemment parmi les personnes qui en sont atteintes. On distingue ainsi plusieurs formes de SP, définies selon l’évolution de la maladie.

  1. SP cyclique (poussées-rémissions) – Cette forme de la maladie est caractérisée par des poussées imprévisibles, mais clairement définies, durant lesquelles des symptômes apparaissent. Ces « poussées » sont aussi appelées « crises », « attaques » ou « exacerbations ». Les poussées ont une durée variable (pouvant s’étaler sur plusieurs jours ou plusieurs mois) et sont suivies de rémissions, durant lesquelles les symptômes s’atténuent ou disparaissent. Environ 85 pour 100 des personnes atteintes de SP reçoivent un diagnostic de SP cyclique.
  2. SP progressive – Certaines personnes atteintes de SP cyclique verront leur maladie évoluer vers une forme progressive secondaire de SP, c’est-à-dire qu’elles finiront par ne plus avoir de rémissions et verront leur degré d’incapacité augmenter lentement, mais de façon continue. Lorsqu’il y a accumulation des incapacités et aggravation des symptômes dès les premières manifestations de la maladie, le patient reçoit un diagnostic de SP progressive primaire.
  3. SP progressive récurrente – Caractérisée par une aggravation continue dès le départ, l’évolution de cette forme de SP comporte également des poussées bien définies, suivies ou non de rémissions.

Apprenez-en plus sur les diverses formes de SP.

Quelles sont les causes de l’apparition des symptômes?

On croit que la SP est une maladie auto-immune, soit une affection qui amène le système immunitaire – censé défendre l’organisme contre les envahisseurs étrangers tels que les bactéries et les virus – à s’attaquer aux tissus de l’hôte. Dans le cas de la SP, la cible du système immunitaire est la myéline, soit la gaine qui entoure et protège les fibres nerveuses du système nerveux central dans le cerveau et la moelle épinière. Sans la myéline, les communications entre les cellules nerveuses sont perturbées, et le corps ne reçoit plus correctement les instructions nécessaires à l’accomplissement de fonctions de base comme celles qui consistent à parler, à voir, à marcher ou à apprendre. Les atteintes à la myéline peuvent également entraîner une détérioration des fibres nerveuses mises à nu et aboutir ainsi à des lésions tissulaires irréversibles. Maladie neurologique chronique, la SP peut avoir un impact considérable sur le niveau d’énergie, le sommeil et la qualité de vie globale des personnes qui en sont atteintes. Informez-vous sur les symptômes de SP en cliquant ici.

La SP est-elle une maladie mortelle?

La SP n’est pas une maladie mortelle dans la grande majorité des cas. La plupart des personnes atteintes de SP ont une espérance de vie normale ou presque, et ce, grâce à l’amélioration de la prise en charge des symptômes de la SP et des autres traitements prescrits contre la SP.

Peut-on espérer la découverte d’un remède?

Certainement. Les chercheurs en apprennent chaque jour davantage sur les causes de la SP et sont plus près que jamais de trouver des moyens de contrer cette maladie. La Société canadienne de la SP et la Fondation pour la recherche scientifique sur la SP subventionnent des travaux de recherche portant sur de nombreux aspects de la maladie, dont les suivants :

  1. Progression et traitement – Des chercheurs concentrent leurs travaux sur les traitements actuels et émergents contre la SP et d’autres cherchent à améliorer les technologies d’imagerie employées en médecine en vue d’une meilleure visualisation des tissus du cerveau.
  2. Cause et facteurs de risques – La recherche portant sur la cause et les facteurs de risque de la SP a pour buts d’explorer les facteurs déclencheurs possibles de la SP et de comprendre pourquoi certains facteurs peuvent accroître la vulnérabilité à la SP.
  3. Dégénérescence et régénération neuronales – Les études menées dans ce domaine sont consacrées aux mécanismes cellulaires qui entraînent la détérioration de la myéline et des cellules nerveuses et à ceux qui sous-tendent leur régénération.
  4. Prise en charge des symptômes et qualité de vie – L’objectif des efforts déployés dans ce domaine consiste, d’une part, à comprendre les répercussions de la SP sur le quotidien des personnes qui en sont atteintes et, d’autre part, à mettre au point des traitements qui permettront une prise en charge efficace des symptômes de cette maladie.

Apprenez-en plus sur les travaux de recherche financés par la Société de la SP.