Société canadienne de la sclérose en plaques

Travaux de recherche subventionnés

Recours au préconditionnement ischémique à distance en vue de promouvoir la remyélinisation au sein du système nerveux central

Année de la subvention : 2022

Période : 1 ans, 11 mois

Montant du financement : 50 000 $

Établissement(s) : Université de Calgary

Province(s) : Alberta

Chercheur(s) : Dr. Carlos Camara-Lemarroy

Objectifs d'impact : Compréhension et enrayement de la progression SP

Résumé :

  • Force est de constater qu’il reste des lacunes à combler dans le domaine de la sclérose en plaques (SP) : les personnes concernées ont besoin d’interventions sûres et efficaces qui favorisent la remyélinisation.
  • Le préconditionnement ischémique à distance (PID) est une intervention non médicamenteuse dont les effets se sont révélés neuroprotecteurs dans des études cliniques et précliniques sur les lésions du système nerveux central. Il consiste à interrompre le débit sanguin dans un membre (bras ou jambe) pendant de courts laps de temps, ce qui induit l’organisme en erreur et déclenche de ce fait la production de substances qui pourraient contribuer à la remyélinisation et à la réparation, notamment des facteurs immunitaires, des facteurs de croissance ou des facteurs qui protègent les tissus.
  • En utilisant un modèle murin (souris) de démyélinisation, le Dr Camara-Lemarroy évaluera si le PID peut favoriser la remyélinisation des tissus lésés au sein de la moelle épinière et accélérer le processus de remyélinisation et de réparation. S’il s’avérait efficace, le PID serait considéré comme une intervention sûre et peu coûteuse pouvant être évaluée chez des personnes atteintes de SP dans le cadre d’essais cliniques.

Description de l’étude :

La remyélinisation est une stratégie de traitement de la SP prometteuse qui permettrait de restaurer la fonction des neurones et de prévenir l’aggravation des incapacités cliniques. Mais il reste des besoins à combler en la matière, puisqu’il n’y a toujours pas d’interventions sûres et efficaces qui contribuent à la remyélinisation en cas de SP. Le Dr Camara-Lemarroy se propose de vérifier si le PID favorise la remyélinisation en ciblant divers facteurs qui jouent un rôle dans ce processus et dans la réparation. Le PID est une intervention non médicamenteuse dont les effets se sont révélés neuroprotecteurs dans des études cliniques et précliniques sur les lésions du système nerveux central. Son innocuité et sa tolérabilité ont déjà été établies chez l’humain. Il consiste à bloquer le débit sanguin dans un membre (bras ou jambe) pendant de courts laps de temps au moyen d’un brassard pneumatique, ce qui induit l’organisme en erreur et déclenche de ce fait la production de substances qui pourraient contribuer à la remyélinisation, tels des facteurs immunitaires, des facteurs de croissance ou des facteurs qui protègent les tissus. Dans l’étude de recherche dont il est question ici, le PID sera appliqué à des souris auxquelles les scientifiques auront injecté une substance chimique appelée lysolécithine, qui entraîne une démyélinisation dans le système nerveux central. Les scientifiques évalueront également si le PID peut favoriser la remyélinisation des lésions de la moelle épinière chez un modèle murin (souris) de démyélinisation et accélérer le processus de remyélinisation et de réparation.

Retombées potentielles :

Si le PID s’avérait capable de favoriser efficacement la remyélinisation chez des modèles animaux et par la suite chez l’humain, il pourrait devenir une intervention non médicamenteuse sûre et peu coûteuse pour les personnes qui vivent avec la SP.

État d’avancement de l’étude :

En cours.

Open navigation