Société canadienne de la sclérose en plaques

Travaux de recherche subventionnés

Comprendre les interactions entre astrocytes et lymphocytes T dans le contexte de la sclérose en plaques

Année de la subvention : 2019

Période : 3 ans

Montant du financement : $316,905

Établissement(s) : Université de Calgary

Province(s) : Alberta

Chercheur(s) : Mme Hedwich Kuipers

Sujets d’actualité : SP progressive

Objectifs d'impact : Compréhension et enrayement de la progression SP

Résumé : L’auteure de la présente étude de recherche vise à comprendre les astrocytes – des cellules présentes dans le cerveau qui doivent leur nom à leur forme étoilée – et à examiner de quelle façon ils contribuent au processus pathologique et à la progression de la sclérose en plaques (SP). Les astrocytes, qui constituent le type cellulaire le plus abondant dans le système nerveux central (SNC), sont connus pour leur capacité à réagir de diverses façons aux lésions associées à la SP. Il a été établi notamment qu’ils interagissent avec les cellules immunitaires qui pénètrent dans le SNC chez les personnes atteintes de SP. Cette étude permettra d’examiner de quelle façon les astrocytes pourraient intervenir dans le processus pathologique sous-jacent à cette maladie.

Description de l’étude: De plus en plus de données probantes indiquent que les astrocytes interviennent dans l’apparition et la progression de la SP. Les astrocytes comptent parmi les premières cellules que les cellules immunitaires rencontrent lorsqu’elles pénètrent dans le SNC. Cette étude de recherche permettra de vérifier l’hypothèse selon laquelle les interactions entre les astrocytes et les cellules immunitaires déterminent une réponse inflammatoire locale, et les astrocytes jouent un rôle dans la physiopathologie et l’apparition de la SP. L’équipe de chercheurs vise à déterminer quels types d’astrocytes activés interviennent aux divers stades de la formation des lésions associées à la SP à partir d’un modèle animal de cette maladie et d’échantillons de tissu cérébral prélevés chez des personnes atteintes de SP. Les chercheurs se proposent plus précisément d’examiner des astrocytes et des cellules immunitaires mis en culture afin de comprendre comment les différents types d’astrocytes influent sur la fonction des cellules immunitaires et de déterminer si ces interactions ont des répercussions sur le processus pathologique aboutissant à des lésions des fibres nerveuses. Ils ont déjà établi que les astrocytes peuvent produire de l’acide hyaluronique (ou hyaluronane), soit un constituant de la matrice extracellulaire (réseau de soutien entourant les cellules), qui contribue à l’activation des cellules immunitaires. Dans le cadre de cette étude, ils détermineront si la production d’acide hyaluronique augmente au sein des astrocytes activés dans les lésions associées à la SP et si la stratégie consistant à cibler la production d’acide hyaluronique (par les astrocytes) au moyen d’un médicament existant et bien toléré, l’hymécromone, est une option viable pour le traitement de la SP.

Impact potentiel : En favorisant une meilleure compréhension des états d’activation des astrocytes tout au long du processus pathologique sous-jacent à la SP et de leur influence sur les réponses immunitaires chez les personnes atteintes de cette maladie, cette étude de recherche pourrait mettre en évidence de nouvelles stratégies de modulation des interactions entre astrocytes et cellules immunitaires qui permettraient d’enrayer la progression de la SP. De plus, cette étude offre la possibilité d’établir de nouvelles stratégies thérapeutiques pour freiner cette maladie.

État d’avancement de l’étude: En cours.

Open navigation