Société canadienne de la sclérose en plaques

Travaux de recherche subventionnés

L’âge en tant que facteur de risque de progression de la sclérose en plaques : évaluation des interactions entre les cellules immunitaires et le microbiote dans le contexte de la sclérose en plaques

Année de la subvention : 2019

Période : 3 ans

Montant du financement : $337,500

Établissement(s) : l’Université de Toronto

Province(s) : Ontario

Chercheur(s) : Mme Jennifer Gommerman

Sujets d’actualité : SP progressive

Objectifs d'impact : Traitements et soins

Résumé : La présente étude de recherche porte sur les facteurs moléculaires et cellulaires qui stimulent la progression de la sclérose en plaques (SP). L’auteure vise à comprendre les effets de l’âge et du microbiote intestinal sur la progression de la SP à l’aide d’un nouveau modèle animal et d’échantillons prélevés chez l’humain.

Description de l’étude : Les mécanismes moléculaires qui sous-tendent l’évolution de la SP cyclique vers la SP progressive secondaire (SPPP) n’ont pas encore été élucidés. Il a toutefois été établi que la progression de la SP dépend considérablement de l’âge. De récentes données probantes ont mis en évidence une activation généralisée des cellules de la microglie (cellules immunitaires présentes dans le cerveau) chez les personnes atteintes de SPPP. Les cellules de la microglie semblent réagir à distance aux changements qui surviennent dans les intestins, ce qui permet de croire que les perturbations du microbiote intestinal (ensemble des microbes qui peuplent les intestins) contribueraient à stimuler une hyperactivation de ces cellules chez les personnes atteintes de SP progressive. L’auteure de cette étude de recherche a pour objectif de vérifier cette hypothèse à l’aide d’un nouveau modèle animal sensible à l’âge et aux microbes, d’une part, et d’échantillons prélevés chez l’humain, d’autre part.

Impact potentiel : Il importe de mieux comprendre les facteurs de risque de progression de la SP afin d’enrayer et d’infléchir l’évolution de cette maladie. Les présents travaux de recherche permettraient d’examiner l’âge en tant que facteur de risque de progression de la SP et d’identifier des microbes susceptibles de conférer aux personnes atteintes de SP une protection contre la progression de cette maladie, ce qui pourrait aboutir à l’établissement de nouvelles stratégies thérapeutiques.

État d’avancement de l’étude: En cours.

Open navigation