Société canadienne de la sclérose en plaques

Travaux de recherche subventionnés

Cancer concomitant à la sclérose en plaques – Diagnostic et résultats

Année de la subvention : 2019

Période : 3 ans

Montant du financement : $233,480

Établissement(s) : Université du Manitoba

Province(s) : Manitoba

Chercheur(s) : Dre Ruth Ann Marrie

Objectifs d'impact : Renforcement du bien-être, Traitements et soins

Résumé: Les personnes atteintes de sclérose en plaques (SP) présentent souvent des maladies concomitantes telles que le cancer. Après la SP, le cancer est la cause de décès la plus répandue chez ces personnes. Le cancer du sein et le cancer colorectal comptent parmi les principaux types de cancer recensés dans la population canadienne, mais on en sait très peu sur la fréquence de ces cancers chez les personnes qui ont la SP. L’auteure de la présente étude vise à établir la fréquence du cancer du sein et du cancer colorectal chez ces dernières et à évaluer si elles sont exposées à un risque accru de ces cancers. Elle a également pour objectif d’examiner le cheminement clinique des personnes atteintes de SP et d’un cancer (dépistage, diagnostic et taux de survie).

Description de l’étude: Les maladies concomitantes (ou maladies coexistantes) sont fréquentes parmi les personnes qui ont la SP. Un corpus croissant de données de recherche rend compte des effets des maladies concomitantes sur les paramètres relatifs à la SP; en revanche, on en sait très peu sur les effets de la SP sur l’issue de maladies concomitantes comme le cancer. Cette étude consiste à examiner l’incidence de deux types de cancers fréquents, à savoir le cancer du sein et le cancer colorectal, chez les personnes atteintes de SP, à partir de renseignements sur la santé recueillis au Manitoba et en Ontario. L’auteure vise en outre à comprendre le cheminement clinique des patients atteints de cancer qui vivent également avec la SP, notamment à déterminer si le diagnostic de cancer est posé plus tardivement chez ceux-ci. Enfin, elle a pour objectif de comparer des personnes atteintes de SP et de cancer à des personnes atteintes de cancer seulement en ce qui a trait au stade du cancer lors du diagnostic et à la survie après l’établissement de ce dernier.

Impact potentiel : Cette étude fournira des données importantes qui permettront d’améliorer les traitements et la prise en charge. Par exemple, les femmes atteintes de SP disent avoir de la difficulté à effectuer régulièrement les examens de dépistage du cancer. Si cette étude révèle que le cancer est plus fréquent chez les personnes atteintes de SP qu’au sein de la population générale, la prévention du cancer devra figurer parmi les objectifs prioritaires du traitement de la SP. Il faudra également accroître la fréquence des examens de dépistage du cancer chez les personnes aux prises avec la SP. Si le diagnostic de cancer est posé plus tardivement chez les personnes qui ont la SP que chez les autres, alors certains changements s’imposeront dans le cadre de la prise en charge du cancer, plus précisément lors de l’étape du diagnostic. S’il y a une différence entre les personnes atteintes de SP et les personnes qui en sont exemptes sur le plan de la survie après l’établissement d’un diagnostic de cancer, il faudra peut-être poursuivre les travaux de recherche sur le traitement du cancer et la SP. 

État d’avancement de l’étude: En cours.

Open navigation