Société canadienne de la sclérose en plaques

Travaux de recherche subventionnés

Renforcement de la neuroprotection grâce à l’expression de certains gènes

Année de la subvention : 2020

Période : 3 ans

Montant du financement : $375,000

Établissement(s) : l’Université McGill

Province(s) : Québec

Chercheur(s) : Mme Alyson Fournier

Objectifs d'impact : Compréhension et enrayement de la progression SP, Renforcement du bien-être

Contexte : Bon nombre des médicaments utilisés actuellement contre la sclérose en plaques (SP) agissent en modulant l’action du système immunitaire et s’avèrent généralement inefficaces dans le traitement des formes progressives de cette maladie. La dégénérescence et la mort de cellules nerveuses dans le cerveau et la moelle épinière sous-tendent les formes progressives de la SP ainsi que les incapacités associées à celles-ci, parmi lesquelles figurent des troubles cognitifs. Par conséquent, l’élaboration de stratégies destinées à préserver la viabilité et la croissance des cellules nerveuses ainsi qu’à favoriser leur régénérescence revêt une importance cruciale dans le traitement des formes progressives de la SP.

Aperçu : Des molécules appelées microARN régulent de façon importante l’expression de gènes qui influent sur la viabilité et la croissance des cellules nerveuses. Or, il a été démontré que certaines de ces molécules – lesquelles agissent simultanément sur l’expression de diverses protéines – protègent les neurones contre les effets nocifs de l’inflammation chez des modèles animaux de SP. L’équipe de recherche qui mènera l’étude en question se penchera sur l’expression des microARN dans les cellules nerveuses en cas de réponse à un processus inflammatoire ainsi que sur le rôle des microARN au chapitre de la viabilité de ces cellules. Les chercheurs ont pour objectif de cerner l’ensemble des microARN qui contribuent à la neuroprotection et d’en comprendre le rôle ainsi que de vérifier l’efficacité de diverses stratégies thérapeutiques à favoriser la protection et la régénérescence des cellules nerveuses dans le contexte de la SP.

Retombées : Les microARN et les mécanismes que ceux-ci sous-tendent constituent une piste prometteuse quant à l’élaboration de stratégies destinées à promouvoir la protection et la réparation des cellules nerveuses dans le contexte de la sclérose en plaques. L’étude en question pourrait aboutir à la découverte de nouvelles cibles thérapeutiques au chapitre des formes progressives de cette maladie.

Open navigation