Société canadienne de la sclérose en plaques

Travaux de recherche subventionnés

Caractérisation des voies inflammatoires et neurodégénératives qui sous-tendent l’expression clinique de la sclérose en plaques progressive primaire

Année de la subvention : 2020

Période : 3 ans

Montant du financement : $351,660

Établissement(s) : Université de la Colombie-Britannique

Province(s) : Colombie-Britannique

Chercheur(s) : Mme Jacqueline Quandt

Objectifs d'impact : Compréhension et enrayement de la progression SP

Contexte : Afin d’élaborer des traitements contre la sclérose en plaques (SP) plus efficaces que ceux dont nous disposons actuellement, les chercheurs doivent approfondir leur compréhension des mécanismes biologiques qui sous-tendent la vulnérabilité à la SP et la progression de cette maladie. Ils doivent aussi avoir recours à des modèles animaux qui reproduisent les caractéristiques de celle-ci. Contrairement à la SP cyclique (poussées-rémissions), la SP progressive ne peut être traitée à l’aide des médicaments actuellement offerts contre la SP. Or, l’élaboration de traitements efficaces contre les formes progressives de la SP est entravée par le manque de modèles animaux adéquats.

Aperçu : Pour combler cette lacune, l’équipe de recherche qui réalisera la présente étude a mis au point le premier modèle murin (souris) de SP fondé sur une mutation du gène Nr1h3, au moyen duquel elle tentera de cerner les mécanismes en cause dans la progression de la SP. Rappelons que la présence d’une forme grave de SP progressive à évolution rapide dans certaines familles est attribuable à une mutation du gène Nr1h3. Lors d’analyses préliminaires portant sur le modèle en question, les chercheurs ont relevé divers parallèles entre celui-ci et la SP. Dans le cadre de leur étude, ils s’emploieront à faire une caractérisation complète de ce modèle afin de cerner les mécanismes biologiques sous-jacents à l’apparition de la SP et, par là même, d’en savoir plus sur cette maladie chez l’humain. Les chercheurs s’attendent à ce que leur étude révèle la contribution jusqu’alors insoupçonnée de certaines voies biologiques à l’apparition de la SP progressive, ce qui pourrait mener à la découverte de nouvelles cibles thérapeutiques.

Retombées : L’élaboration et la compréhension d’un nouveau modèle animal reproduisant fidèlement les caractéristiques de la SP progressive primaire procureront aux chercheurs les moyens de mettre au jour de nouvelles cibles thérapeutiques et d’évaluer de nouveaux agents permettant de lutter contre la SP progressive.

Open navigation