Société canadienne de la sclérose en plaques

Vaccination contre le bacille Calmette-Guérin (BCG) dans le contexte de la sclérose en plaques : étude basée sur une population du Québec

Chercheuse principale : Mme. Marie-Claude Rousseau

Affiliation : Institut national de la recherche scientifique (INRS)

Période : Du 1er avril 2015 au 31 mars 2019

Montant : 290 234 $

Mots clés : Vaccination contre le bacille Calmette-Guérin (BCG), facteur de risque, facteur préventif

Résumé

  • La vaccination contre le bacille Calmette-Guérin (BCG), qui sert normalement à prévenir la tuberculose, peut également freiner l’évolution de la sclérose en plaques (SP) à court terme.
  • On ignore si la vaccination à un jeune âge contre le BCG permettrait de prévenir la SP par la suite.
  • L’équipe de recherche se propose :
    • de coupler des renseignements provenant de bases de données du système de santé public et de diverses agences provinciales et portant sur les naissances, les décès et la vaccination contre le BCG avec d’autres éléments d’information tirés de bases de données sur les soins de santé;
    • d’évaluer le risque de SP chez les personnes vaccinées contre le BCG en comparaison de celles qui n’ont pas été vaccinées.

Description de l’étude

L’étude de Mme Marie-Claude Rousseau, Ph. D., et de son équipe porte sur la vaccination contre le BCG, qui sert normalement à prévenir la tuberculose. Des chercheurs ont déjà démontré que le vaccin contre le BCG ralentit aussi à court terme l’évolution de la SP. Mme Rousseau s’intéresse au lien qui pourrait exister entre la vaccination contre le BCG et la réduction possible du risque de SP, en particulier lorsque cette vaccination a lieu au cours de la première année de vie. Jusqu’à présent, son équipe de recherche a collaboré avec diverses agences provinciales pour obtenir des éléments d’information provenant de bases de données et portant sur la vaccination contre le BCG et l’utilisation des services de santé par les personnes atteintes de SP.

Retombées potentielles : L’étude contribuera à l’approfondissement des connaissances sur les causes de la SP, condition nécessaire à l’élaboration de stratégies de prévention.

État d’avancement de l’étude : En cours.