Société canadienne de la sclérose en plaques

Évaluation de la surveillance de l’innocuité des traitements oraux contre la SP auprès des patients [ASYMPTOTE]

Chercheuse principale : Mme. Helen Tremlett

Affiliation : Université de la Colombie-Britannique

Période : Du 1er avril 2015 au 31 mars 2019

Montant : 286 694,37 $

Mots clés : Effet indésirable, innocuité, médicament modificateur de l’évolution de la SP à administration orale, fidélité au traitement

Résumé

  • Les premiers médicaments modificateurs de l’évolution de la SP (MMÉSP) étaient administrés par injection. Plus récemment, des MMÉSP à administration orale ont fait leur apparition sur le marché.
  • Bien que grâce aux MMÉSP à administration orale, les personnes atteintes de SP disposent maintenant d’un plus grand choix d’options thérapeutiques, des préoccupations liées à l’innocuité de ces médicaments ont été soulevées. Par conséquent, des analyses d’urine et de sang doivent être effectuées régulièrement en cas de traitement par un MMÉSP oral.
  • L’équipe de recherche se propose :
    • de cerner l’adoption et l’utilisation des MMÉSP oraux, d’évaluer leur innocuité, de déterminer si les personnes atteintes de SP prennent ces médicaments conformément à la prescription du médecin et de vérifier si les recommandations formulées quant à la fréquence des analyses de sang et d’urine sont respectées.

Description de l’étude

Au cours des cinq dernières années, trois médicaments modificateurs de l’évolution de la SP (MMÉSP) administrés par voie orale ont été approuvés pour le traitement de la SP. À ce jour, aucun d’entre eux n’a fait l’objet d’une étude d’innocuité menée auprès de la population au Canada, et aucune étude visant à déterminer le degré de fidélité des patients à leur traitement n’a été entreprise. Mme Helen Tremlett, Ph. D., et son équipe se sont basées sur des données administratives sur la santé, des données sur les médicaments prescrits et des résultats d’analyses de laboratoire pour vérifier l’innocuité du fingolimod (Gilenya), du diméthylfumarate (Tecfidera) et du tériflunomide (Aubagio) chez les personnes qui vivent avec la SP en Colombie-Britannique, en Saskatchewan et au Manitoba. L’équipe a ensuite utilisé ces données pour évaluer le degré de fidélité au traitement. L’équipe a découvert que l’adoption et l’utilisation du fingolimod, du diméthylfumarate et du tériflunomide ont augmenté de façon substantielle au cours des deux à cinq premières années suivant la commercialisation de ces médicaments, tandis que l’utilisation de l’interféron bêta et de l’acétate de glatiramère a reculé au cours de la même période. Par ailleurs, environ 90 % des personnes qui ont entrepris un traitement par un MMÉSP oral ont continué la prise du médicament pendant au moins six mois, et environ 80 % ont poursuivi leur traitement durant au moins un an. Les travaux de Mme Tremlett et de son équipe s’avèrent essentiels pour permettre au milieu scientifique de se faire une première idée des modalités d’utilisation des traitements oraux actuellement offerts contre la SP et de déceler les signes précoces de risques auxquels les patients sont exposés. De telles données pourront aider les cliniciens à prendre des décisions reposant sur des données probantes quant au plan de soins des personnes qui vivent avec la SP.

Retombées potentielles : Il importe d’évaluer l’utilisation des MMÉSP oraux, les signes précoces liés à l’innocuité de ces derniers, ainsi que les taux de fidélité au traitement et de conformité aux recommandations relatives aux analyses en laboratoire parmi les personnes traitées par ces médicaments. En effet, les conclusions de l’étude en question donneront un premier aperçu de l’utilisation des MMÉSP oraux et contribueront à l’amélioration des résultats thérapeutiques chez les personnes atteintes de SP.

État d’avancement de l’étude : En cours.