Société canadienne de la sclérose en plaques

Mesures d’IRM de la substance grise profonde dans le contexte de la sclérose en plaques

Chercheur principal : M. Alan Wilman

Affiliation : Université de l’Alberta

Période : Du 1er avril 2017 au 30 juin 2020

Montant : 280 500 $

Mots clés : IRM quantitative, substance grise profonde, démyélinisation, accumulation de fer

Résumé :

  • L’imagerie par résonance magnétique (IRM) est d’usage extrêmement courant dans le contexte de la sclérose en plaques (SP). De fait, il s’agit d’un outil très efficace pour le diagnostic de cette maladie.
  • L’IRM s’avère toutefois beaucoup moins efficace lorsqu’il s’agit de l’évaluation de la progression de la maladie et de la réponse au traitement, surtout parce qu’on ne peut compter que sur la mesure des lésions. Il importe de découvrir d’autres mesures quantitatives sur lesquelles on pourrait s’appuyer.
  • L’équipe de recherche se propose :
  • de concentrer ses mesures d’imagerie sur les parties centrales du cerveau, qu’on appelle la substance grise profonde et qui comportent des structures clés du cerveau, associées au mouvement et à l’exécution de certaines fonctions.

Description de l’étude :

L’imagerie par résonance magnétique (ou IRM) s’avère un puissant outil de diagnostic, de suivi et d’évaluation de l’efficacité des traitements de la SP pour les cliniciens et les chercheurs. Bien que la recherche dans ce domaine avance à grands pas, il faut bien reconnaître que des mesures d’imagerie permettant de suivre avec précision la progression de cette maladie font toujours défaut. M. Alan Wilman, Ph. D., envisage de mettre à l’essai de nouvelles techniques d’IRM destinées à améliorer le suivi de l’évolution de la SP en permettant un examen complet du cerveau. L’objectif ultime du chercheur est de proposer de nouvelles façons de recourir à l’IRM pour étudier des changements biologiques particuliers survenant dans le cerveau (et non uniquement dans les lésions), notamment les modifications touchant les parties profondes du cerveau qui sont associées aux mouvements et où le fer est concentré. Au cours de la première année de l’étude, l’équipe de M. Wilman a mis au point de nouvelles méthodes d’analyse par IRM dont l’application a permis d’observer des différences entre les formes de SP et des changements quant aux mesures. L’équipe de chercheurs a pour but d’élaborer une nouvelle méthode de suivi de la maladie afin de permettre l’amélioration de l’évaluation clinique de la progression de la SP et la compréhension des effets des traitements.

Retombées potentielles : Élaborer de nouvelles mesures quantitatives par imagerie des parties profondes du cerveau, ce qui permettrait de mieux comprendre la progression de la SP, et mettre au point un outil qui fournirait des données objectives sur la progression de la SP.

État d’avancement de l’étude : En cours.