Société canadienne de la sclérose en plaques

Cibler des fonctions des cathepsines à cystéine pour limiter la neuro-inflammation

Chercheur principal : M. Robin Yates

Affiliation : Université de Calgary

Période : Du 1er avril 2016 au 31 mars 2019

Montant : 346 506 $

Mots clés : Cathepsine Z, cellule dendritique, macrophage, inflammasome, démyélinisation

Résumé

  • Dans le contexte de l’inflammation, des cellules immunitaires libèrent des molécules appelées « cytokines » afin de communiquer avec d’autres cellules immunitaires, lesquelles seront ainsi guidées vers les cellules endommagées du cerveau. L’action des cytokines fait également augmenter le nombre de cellules immunitaires dans le cerveau. L’interleukine 1 (IL-1) est l’une des principales cytokines responsables de l’inflammation et de la formation de lésions dans le cerveau en cas de sclérose en plaques (SP). Une protéine appelée « cathepsine Z » stimule la libération de l’IL-1.
  • On ignore toujours comment la cathepsine Z régule la fonction de l’IL-1.
  • L’équipe de recherche se propose :
    • d’étudier le rôle de la cathepsine Z dans la production d’IL-1 et les mécanismes qui régulent cette interaction.

Description de l’étude

L’inflammation associée à la SP est provoquée par la migration de cellules immunitaires vers le cerveau et par la libération au sein de ce dernier de molécules appelées « cytokines » produites par ces cellules. En fait, les cytokines permettent aux cellules immunitaires de communiquer entre elles et, chez les personnes atteintes de SP, elles peuvent inciter ces cellules à s’attaquer à des cellules du cerveau, ce qui finit par causer des lésions et de l’inflammation au sein du système nerveux central. L’une des cytokines les plus importantes est l’interleukine 1 (IL-1). Des données probantes recueillies par un groupe de recherche mené par M. Robin Yates, Ph. D., indiquent que des protéines appelées « cathepsines » stimulent la libération de l’IL-1. Chez les souris atteintes d’une maladie comparable à la SP, l’absence de telles protéines est associée à une inflammation du cerveau moins marquée et à une forme moins grave de cette maladie. Les travaux de M. Yates permettront de décrire en détail le rôle joué par les cathepsines dans le contexte de la SP et les mécanismes qui sous-tendent leur activité. Au cours des douze derniers mois, l’équipe de recherche a établi le rôle joué par une cathepsine en particulier dans l’activation de l’IL-1. Cette découverte ouvre de nouvelles perspectives de recherche qui permettront de mieux comprendre la pathogenèse de la SP et elle explique en partie pourquoi les différentes formes de cette maladie n’évoluent pas de la même façon.

Retombées potentielles : L’étude en question pourrait mener à des découvertes clés grâce auxquelles les scientifiques et les cliniciens seraient en mesure de mieux comprendre les mécanismes sous-jacents de la SP et les raisons pour lesquelles cette maladie se manifeste et évolue chez certaines personnes seulement.

État d’avancement de l’étude : En cours.