Société canadienne de la sclérose en plaques

Détermination du double rôle de la protéine VGF dans la régulation du processus pathologique de la SP

Chercheur principal : M. David Picketts

Affiliation : Institut de recherche de l’Hôpital d’Ottawa

Année de la subvention : 2018-2019

Montant de la subvention : 312 528 $

Mots clés : VGF, macrophage/microglie, inflammation, oligodendrocyte

Résumé :

  • VGF est une molécule dont la production est induite par l’effort et dont il a été démontré qu’elle accroît la myélinisation. VGF favorise également la maturation des oligodendrocytes, cellules qui produisent la myéline.
  • VGF interagit avec les macrophages/cellules de la microglie qui peuvent tout aussi bien avoir des effets néfastes que des effets bénéfiques chez les personnes atteintes de sclérose en plaques (SP). On croit que VGF stimule les propriétés réparatrices des macrophages/cellules de la microglie, mais on ignore suivant quels mécanismes elle exerce de tels effets.
  • L’équipe de recherche se propose :
    • d’identifier les molécules qui interviennent dans la régulation des effets bénéfiques exercés par VGF dans le contexte de la SP;
    • de découvrir comment VGF favorise la maturation des oligodendrocytes;
    • d’examiner les propriétés réparatrices de VGF chez un modèle animal de SP.

Description de l’étude :

On sait que l’exercice peut soulager bon nombre de symptômes associés à la SP, voire ralentir l’évolution de cette maladie dans certains cas. Cela dit, on ignore encore pourquoi. Des travaux antérieurs du Dr David Picketts ont fourni une piste de recherche qui pourrait se révéler intéressante. Il s’agit d’une petite molécule appelée VGF. Cette molécule, qui est produite dans le cerveau durant l’exercice, favorise la croissance des cellules qui forment la myéline; elle constitue par conséquent une cible prometteuse en matière de traitement contre la SP. Par ailleurs, VGF interagit avec les macrophages, cellules immunitaires qui assurent une fonction double : d’une part, elles émettent un signal afin de recruter les lymphocytes T et de stimuler l’inflammation associée à la SP, et, d’autre part, elles favorisent la remyélinisation (réparation de la myéline) en recrutant des oligodendrocytes (cellules productrices de myéline) au sein des lésions. Le chercheur David Picketts, Ph. D., croit que VGF exerce ses effets en activant des signaux au moyen desquels les macrophages favorisent la remyélinisation. Pour tester cette hypothèse, son équipe de recherche examinera les voies moléculaires au sein desquelles l’intervention de VGF fait pencher la balance vers les effets bénéfiques des macrophages plutôt que vers les effets néfastes de ces cellules. Elle évaluera également dans quelle mesure la remyélinisation peut être médiée par des régulateurs de VGF chez un modèle murin (souris) de SP. En somme, ces travaux de recherche permettront de comprendre dans le moindre détail les voies moléculaires qui jouent un rôle dans la remyélinisation en cas de SP et l’influence de VGF sur ces voies et de déterminer dans quelle mesure VGF a le potentiel d’être une cible thérapeutique et quelle importance elle peut revêtir à cet égard.

Retombées potentielles : L’utilisation de VGF pour transmettre aux macrophages des signaux qui favorisent la remyélinisation pourrait constituer une nouvelle stratégie thérapeutique contre la SP.

État d’avancement de l’étude : En cours.