Société canadienne de la sclérose en plaques

Étude des mécanismes moléculaires favorisant la préservation de la myéline et la remyélinisation

Chercheur principal : Dr. Timothy Kennedy

Affiliation : Institut neurologique de Montréal, Université McGill

Période : Du 1er avril 2017 au 31 mars 2020

Montant : 360 300 $

Mots clés : Remyélinisation, réparation, nétrine-1

Résumé :

  • La myéline est la gaine protectrice qui enveloppe les fibres nerveuses; dans le contexte de la sclérose en plaques (SP), la myéline subit des lésions. Les chercheurs multiplient les efforts pour découvrir des molécules qui permettraient de réguler la production de myéline et la réparation de cette substance chez les personnes atteintes d’une maladie comme la SP.
  • La nétrine-1 est une molécule dont on sait qu’elle favorise la santé de la myéline. Toutefois, les mécanismes par lesquels elle régule la myéline ou influe sur la remyélinisation demeurent inconnus.
  • L’équipe de recherche se propose :
    • de découvrir les mécanismes moléculaires sous-jacents à l’activité de la nétrine-1, de même que les molécules avec lesquelles elle interagit pour promouvoir le maintien et la stabilité de la myéline, à partir de modèles animaux de SP.

Description de l’étude :

La myéline est la gaine isolante des fibres nerveuses; elle est produite par des cellules qu’on appelle oligodendrocytes. M. Timothy Kennedy, Ph. D., s’intéresse aux mécanismes de réparation cellulaire dans le cerveau et tout particulièrement aux connexions entre les oligodendrocytes et les fibres nerveuses. Selon le chercheur, la nétrine-1 et ses molécules interagissantes (soit les récepteurs DCC et UNC5B), qui sont exprimées par les olygodendrocytes, seraient essentielles au maintien de la myéline dans le système nerveux central et interviendraient dans la régulation de la remyélinisation. Des travaux précédents lui ont permis de constater que la nétrine-1 joue un rôle crucial dans la formation de la myéline et dans le processus de réparation de celle-ci (remyélinisation). M. Kennedy et ses collaborateurs cherchent maintenant à savoir comment la nétrine-1 contribue à la formation et au maintien de la myéline dans le cerveau au cours du développement de même qu’à l’âge adulte. Le groupe de chercheurs tente également de déterminer comment l’exploitation de la fonction de cette protéine pourrait favoriser le processus de remyélinisation. Au cours de la dernière année, l’équipe de recherche a découvert que l’une des protéines interagissantes de la nétrine-1 jouait un rôle indispensable dans le maintien de la myéline et des fonctions normales par l’intermédiaire de la mitochondrie (centrale énergétique de la cellule). Les chercheurs tenteront de déterminer de quelle façon les demandes spécifiques d’énergie influent sur le maintien de la myéline et comment ce processus peut être modifié pour ensuite favoriser la promotion de la remyélinisation. S’ils parviennent à comprendre ces processus de réparation, en particulier le rôle joué par la nétrine-1 et de ses molécules interagissantes, M. Kennedy et son équipe pourraient contribuer à la mise au point de traitements contre la SP susceptibles d’améliorer la remyélinisation, laquelle joue un rôle vital dans la prévention de l’apparition de nouvelles lésions nerveuses, le ralentissement de l’évolution de la SP et le rétablissement des fonctions.

Retombées potentielles : Découvrir de nouvelles cibles thérapeutiques pouvant être modifiées dans le but de prévenir la démyélinisation et de favoriser la remyélinisation dans le contexte de la SP.

État d’avancement de l’étude : En cours.