Impact de l’IL-27 sur la pathobiologie de la SP

Chercheuse principale : Mme. Nathalie Arbour

Affiliation : Centre de recherche du CHUM

Période : Du 1er avril 2017 au 31 mars 2020

Montant : 383 138,25 $

Mots clés : Cytokine, astrocyte, lymphocyte T, signalisation cellulaire

Résumé :

  • L’IL-27 est une molécule capable de diminuer la gravité de la maladie chez des modèles animaux (souris) de sclérose en plaques (SP).
  • On ignore si l’IL-27 peut s’avérer utile dans le traitement des personnes atteintes de SP.
  • L’équipe de recherche se propose :
    • d’analyser les effets de l’IL-27 sur les cellules immunitaires chez des personnes atteintes de SP et des témoins en santé et de comparer les résultats;
    • de vérifier si l’IL-27 peut réduire la réponse immunitaire anormale chez les personnes atteintes de SP;
    • de mettre au jour les mécanismes par lesquels l’IL-27 intervient au sein du cerveau.

Description de l’étude :

Le système immunitaire protège l’organisme contre les microbes. Or, chez les personnes atteintes de SP, il présente des dérèglements qui causent de l’inflammation et qui le poussent à se tourner contre des composants du cerveau. Mme Nathalie Arbour, Ph. D., mène des travaux de recherche dans le but de découvrir des molécules présentes dans le cerveau des personnes atteintes de SP. Elle s’intéresse plus particulièrement à une molécule appelée IL-27, dont les propriétés anti-inflammatoires ont déjà été démontrées chez des modèles animaux de SP. La chercheuse veut vérifier si le taux sanguin d’IL-27 chez les personnes qui vivent avec la SP constitue un indicateur fiable de la forme et de l’activité de la maladie. Mme Arbour a déjà démontré que les globules blancs réagissent différemment à l’IL-27 selon qu’ils proviennent de personnes qui ont la SP ou de sujets témoins qui ne sont pas atteints de cette maladie. La chercheuse examinera aussi les effets de l’IL-27 sur les astrocytes, cellules essentielles à l’autorégulation du cerveau. Les travaux de Mme Arbour pourraient mettre en évidence une nouvelle cible au chapitre de la pathophysiologie de la SP et mener à la découverte de nouveaux biomarqueurs de cette maladie.

Retombées potentielles : Déterminer si le taux sanguin d’IL-27 chez les personnes atteintes de SP pourrait constituer un marqueur fiable de prédiction de l’activité et de l’évolution de la SP.

État d’avancement de l’étude : En cours.

Open navigation