Importance des lésions myéliniques et axonales liée à l’âge : mécanismes, prévention et traitements prospectifs dans le contexte de la sclérose en plaques progressive

Chercheur principal : M. Wee Yong

Affiliation : Université de Calgary

Montant de la subvention : 420 140 $

Mots clés : Réparation, neuroprotection, SP progressive, remyélinisation, indapamide

Résumé :

  • L’âge est l’un des principaux facteurs associés à l’évolution de la forme cyclique de la sclérose en plaques (SP) vers une forme progressive de cette maladie.
  • Les espèces réactives de l’oxygène aux effets destructeurs qui sont activées chez les personnes atteintes de SP peuvent jouer un rôle dans la formation de lésions liées au vieillissement. On ignore toutefois comment ces espèces sont activées et comment elles provoquent de telles lésions.
  • L’équipe de recherche se propose :
    • d’examiner les lésions aggravées par le vieillissement chez les personnes atteintes de SP en ciblant les espèces réactives de l’oxygène;
    • de confirmer qu’un antioxydant appelé indapamide est un nouveau traitement capable d’atténuer les lésions aggravées par le vieillissement;
    • d’examiner les effets combinés de l’indapamide et d’un générique qui est en cours d’évaluation dans le cadre d’essais sur le traitement de la SP progressive.

Description de l’étude :

La plupart des personnes atteintes de SP présentent d’emblée une forme cyclique (poussées-rémissions), qui évoluera vers une forme progressive dite secondaire, au fil du temps. L’âge est l’un des facteurs qui déterminent la conversion de la SP cyclique en SP progressive secondaire (SPPS). Mais, la question est de savoir pourquoi l’âge est associé à une telle progression de la SP et ce qui pourrait atténuer cet effet lié au vieillissement. Les expériences préliminaires réalisées dans le laboratoire du chercheur Wee Yong, Ph. D., avec de jeunes souris (comparables à des humains âgés de 20 ans) et des souris âgées (comparables à des humains âgés de 50 ans) qui avaient subi des lésions myéliniques identiques à la moelle épinière ont révélé que ces lésions étaient devenues plus volumineuses et qu’elles étaient associées à un processus de dégénérescence plus prononcé chez les souris âgées que chez les jeunes souris. L’équipe de M. Yong a émis l’hypothèse que les lésions plus volumineuses observées chez les souris âgées étaient attribuables à un processus au cours duquel des espèces réactives de l’oxygène sont formées et dont on sait qu’il est activé chez les personnes atteintes de SP. Cette hypothèse l’a amenée à explorer comment atténuer les lésions de la moelle épinière aggravées par le vieillissement en ciblant cette voie de signalisation. L’équipe prévoit en outre confirmer que l’indapamide, générique qui est utilisé pour le traitement de l’hypertension et dont il a été établi qu’il s’agit d’un antioxydant (substance capable de neutraliser une espèce réactive de l’oxygène) au cours d’un criblage visant à découvrir de nouveaux médicaments contre la SP progressive, s’avère utile pour atténuer les lésions nerveuses aggravées par le vieillissement. Enfin, étant donné les perspectives offertes par l’efficacité des traitements d’association, l’équipe utilisera cet antioxydant (l’indapamide) en association avec un autre générique appelé hydroxychloroquine, qui fait déjà l’objet d’un essai sur la SP progressive primaire. Ce projet a pour but ultime la mise au point d’un nouveau traitement (indapamide, utilisé seul ou en association avec de l’hydroxychloroquine) contre la SP progressive.

Retombées potentielles : Démontrer qu’unantioxydant peut constituer un nouveau traitement contre la SP progressive.

État d’avancement de l’étude : En cours.

Open navigation