Société canadienne de la sclérose en plaques

Amélioration des fonctions cognitives des personnes atteintes de sclérose en plaques progressive

Une étude avec répartition aléatoire et placebo, menée à l’insu auprès de plusieurs groupes de traitement sur la réadaptation cognitive et les exercices aérobiques

Chercheurs :

  • Dr Anthony Feinstein, Institut de recherche Sunnybrook, Toronto, Canada
  • M. Jeremy Chataway, Ph. D., Collège universitaire de Londres, R.-U.
  • Mme Nancy Chiaravalloti, Ph. D., Fondation Kessler, East Hanover, É.-U.
  • M. Gary Cutter, Ph. D., Université de l’Alabama à Birmingham, Birmingham, É.-U.
  • M. Ulrik Dalgas, Ph. D., Université d’Aarhus, Aarhus, Danemark
  • M. John Deluca, Ph. D., Fondation Kessler, East Hanover, É.-U.
  • Dre Mara Rocca, Ospedale San Raffaele, Milan, Italie

Domaine de recherche : Prise en charge des symptômes et qualité de vie

Période : Du 1er juin 2018 au 31 mai 2022

Montant de la subvention : 5 000 000 $

Mots clés : cognition, exercice, qualité de vie, imagerie

Résumé

  • Le déclin cognitif est considéré comme un symptôme « invisible ». Pourtant, il touche jusqu’à 70 p. 100 des personnes atteintes de sclérose en plaques (SP) progressive et il est décrit comme un problème particulièrement préoccupant par ces dernières, étant donné ses répercussions négatives sur le travail, les relations et les activités de la vie quotidienne.
  • Il est absolument nécessaire de mettre au point des stratégies de réadaptation qui aideront les personnes atteintes de SP à prendre en charge les symptômes tels que le déclin cognitif.
  • L’équipe de recherche se propose :
    • d’évaluer si la réadaptation cognitive ou l’exercice ou une stratégie qui associe réadaptation cognitive et exercice peuvent améliorer les fonctions cognitives.

Description de l’étude

Les personnes atteintes de SP progressive secondaire qui ne subissent plus de poussées ne disposent d’aucun traitement modificateur de l’évolution de la maladie efficace, et un seul traitement a fait l’objet d’une approbation, qui est conditionnelle, pour la prise en charge de la SP progressive primaire au stade précoce au Canada. Par conséquent, il est essentiel de mettre au point des stratégies de réadaptation qui permettront d’aider les personnes atteintes de SP à prendre en charge leurs symptômes. Le déclin cognitif est considéré comme un symptôme « invisible ». Cela dit, il touche jusqu’à 70 p. 100 des personnes atteintes de SP progressive et il est décrit comme un problème particulièrement préoccupant par les personnes qui ont la SP, étant donné les répercussions négatives qu’il peut avoir sur leur travail, leurs relations et leurs activités quotidiennes. En vue de trouver un traitement potentiel pour les troubles cognitifs éprouvés par les personnes qui vivent avec la SP progressive, le Dr Anthony Feinstein et son équipe de recherche internationale sont en train d’évaluer si la réadaptation cognitive ou l’exercice ou une stratégie qui associe réadaptation cognitive et exercice permettent d’améliorer les fonctions cognitives. Ils ont émis l’hypothèse que la stratégie qui consiste à associer ces deux interventions serait plus bénéfique que celle qui consiste à utiliser l’une ou l’autre de ces interventions séparément.

L’équipe de recherche recrutera 360 personnes atteintes de SP progressive au sein de onze centres de recherche répartis dans six pays. Les participants recevront leur traitement sur une période de douze semaines. De plus, un sous-groupe de 120 participants sera soumis à des examens d’imagerie (plus précisément, à des examens d’imagerie par résonnance magnétique, ou IRM) visant à déterminer si l’amélioration des fonctions cognitives est également associée à des changements des lésions, à une atrophie cérébrale et à l’activation de certaines régions du cerveau lorsqu’une tâche cognitive est exécutée.

Retombées potentielles : Cette étude clinique est la première étude du genre qui sera réalisée auprès d’un vaste échantillon de personnes recrutées dans divers pays et elle pourrait contribuer à la définition de la stratégie optimale quant au traitement de l’atteinte cognitive chez les personnes qui ont reçu un diagnostic de SP progressive.