Conséquences et prise en charge de l’infarctus aigu du myocarde dans le contexte de la sclérose en plaques : le cœur et la SP

Chercheuse principale : Dre. Ruth Ann Marrie

Affiliation : Université du Manitoba

Période : Du 1er avril 2016 au 31 mars 2019

Montant : 285 375,35 $

Mots clés : Infarctus aigu du myocarde, cardiopathie ischémique, incidence, mortalité

Résumé

  • Les cardiopathies (maladies du cœur) comptent parmi les principales causes de mortalité chez les personnes atteintes de sclérose en plaques (SP). Il semblerait également qu’elles sont plus fréquentes chez ces personnes que chez celles qui n’ont pas la SP.
  • Il n’a pas encore été établi si les personnes atteintes de SP reçoivent des traitements différents, comparativement au reste de la population, en cas de maladie cardiaque ou si elles présentent des maladies cardiaques bénignes qui ne requièrent pas de soins ni de suivi.
  • L’équipe de recherche se propose :
    • d’analyser les facteurs de risque associés à l’infarctus du myocarde chez les personnes atteintes de SP et de déterminer s’ils diffèrent de ceux des personnes qui n’ont pas la SP;
    • de se pencher sur le traitement administré à la suite d’une crise cardiaque et les issues thérapeutiques observées chez des personnes atteintes de SP comparativement à d’autres qui n’ont pas la SP.

Description de l’étude

Les maladies cardiaques sont l’une des principales causes de mortalité chez les personnes qui vivent avec la SP. Il semblerait également qu’elles sont plus fréquentes chez ces personnes que chez celles qui n’ont pas la SP. Fait intéressant, selon les précédents travaux de la Dre Ruth Ann Marrie, les personnes atteintes de SP sont moins susceptibles que les autres de subir des interventions destinées au traitement des maladies cardiaques, ce qui laisse penser qu’elles ne reçoivent pas les mêmes traitements que les autres en cas de maladie cardiaque ou bien qu’elles présentent des maladies cardiaques bénignes qui ne requièrent pas d’intervention. Dans le cadre de l’étude dont il est question ici, la Dre Marrie comparera des personnes atteintes de SP à des personnes exemptes de cette maladie à plusieurs égards : facteurs de risque de maladie cardiaque, traitements administrés pour ce type de maladie et issues thérapeutiques observées. Pour ce faire, elle compte utiliser des données sur les demandes de remboursement de soins de santé recueillies en Colombie-Britannique et au Manitoba. Selon les résultats préliminaires de son étude, le risque de crise cardiaque augmenterait de 20 à 30 % en présence de SP. La chercheuse poursuit ses travaux en analysant les données dont elle dispose sur les demandes de remboursement pour les soins de santé afin de déterminer les résultats des traitements administrés à la suite d’une crise cardiaque chez les personnes vivant avec la SP.

Retombées potentielles : Les résultats de cette étude auront des retombées importantes pour les personnes atteintes de SP et leur équipe soignante, car ils fourniront un éclairage sur le pronostic suivant une crise cardiaque et suggéreront des pistes d’amélioration en matière de soins cliniques.

État d’avancement de l’étude : En cours.
Open navigation