Société canadienne de la sclérose en plaques

Subventions d’études coopératives par équipe : recherche sur le cannabis comme sujet d’étude prioritaire

La Société canadienne de la sclérose en plaques a conclu un partenariat avec les Instituts de recherche en santé du Canada (IRSC) dans le cadre duquel un investissement de 1,5 million de dollars permettra le financement de travaux de recherche consacrés au cannabis en lien avec la SP. Cet apport financier vise à soutenir la recherche portant sur le recours au cannabis dans la prise en charge des symptômes associés à la SP.

L’initiative en question s’inscrit dans le cadre de la Stratégie de recherche intégrée sur le cannabis (SRIC), à laquelle collaborent l’Institut du cancer (IC), l’Institut de la santé circulatoire et respiratoire (ISCR), l’Institut du développement et de la santé des enfants et des adolescents (IDSEA), l’Institut de la santé des Autochtones (ISA), l’Institut de l’appareil locomoteur et de l’arthrite (IALA), et l’Institut des neurosciences, de la santé mentale et des toxicomanies (INSMT) – de concert avec la Société d’arthrite, la Société canadienne du cancer, la Société canadienne de la SP et la Commission de la santé mentale du Canada (CSMC).

La vision globale qui sous-tend la SRIC repose sur une série d’activités parfaitement coordonnées, visant à positionner le Canada comme chef de file quant à l’accroissement des capacités de recherche sur le cannabis et à la collecte des données probantes indispensables sur les effets du recours à cette substance. Il s’agit de démontrer les bienfaits potentiels du cannabis, de cerner les risques liés à cette substance et les effets néfastes de celle-ci, ainsi que de contribuer à la conception et à la mise en œuvre de modèles de politique et de règlement applicables à la recherche consacrée à l’utilisation du cannabis (y compris l’élaboration de normes communes en matière de données). Les subventions d’équipe dont il est ici question constituent la première initiative de financement ciblé offerte dans le cadre de la SRIC et seront suivies d’autres possibilités de financement au cours des prochaines années.

L’objectif de ces subventions d’équipe – dont une sera allouée à des travaux en lien avec la SP – est de permettre à des chercheurs d’explorer en détail les bienfaits potentiels et les effets néfastes du recours au cannabis relativement à un certain nombre d’aspects ciblés, déterminés à la suite d’un processus de consultation. Ces subventions permettront notamment d’apporter des réponses à des questions considérées comme essentielles par nos parties prenantes en favorisant l’exploration de champs d’études définis comme prioritaires et relevant de domaines ciblés, et ce, dans le but d’accroître le volume de données probantes sur le cannabis et d’améliorer la capacité de nos chercheurs à mener des travaux en lien avec l’utilisation de cette substance.

En ce qui concerne l’utilisation du cannabis dans le contexte de la sclérose en plaques, les propositions de recherche qui seront prises en considération relèveront de la science fondamentale ou de la recherche clinique ou encore de la recherche axée sur les services de santé ou les politiques sanitaires.

Montant et période du financement

Le montant de la subvention est de 300 000 $ CAN par année, pour une durée maximale de cinq ans, ce qui représente un montant total de 1,5 million de dollars par subvention.


Objectifs

Les subventions d’études coopératives par équipe destinées à soutenir la recherche sur le cannabis comme sujet d’étude prioritaire visent à :

  • permettre l’acquisition de nouvelles connaissances scientifiques en vue d’une meilleure compréhension des bienfaits et des effets néfastes potentiels du cannabis ou du recours à cette substance, et contribuer à la mise en place de politiques et de programmes appropriés dans ce domaine;
  • favoriser la collaboration interdisciplinaire – notamment parmi les chercheurs du domaine de la santé, de même qu’entre ces derniers et des spécialistes à l’œuvre dans des secteurs non liés à la recherche en santé – et contribuer au partage de données et de ressources;
  • rehausser les capacités de recherche ainsi que la formation au chapitre de la recherche sur le cannabis;
  • permettre un lien avec les efforts déployés à l’échelle du Canada en matière d’applications des connaissances, notamment par l’entremise de la Commission de la santé mentale du Canada (CSMC) ou du Centre canadien sur les dépendances et l’usage de substances (CCDUS).

Admissibilité

Critères d’admissibilité à l’étape de la lettre d’intention :

  1. Le candidat principal désigné doit être un chercheur indépendant.
  2. Le candidat principal désigné doit être rattaché à un établissement admissible (voir les conditions d’admissibilité pour les établissements pour connaître le processus applicable aux demandes d’admissibilité et les échéances à respecter).
  3. Si les travaux de recherche proposés doivent être menés auprès d’êtres humains, au moins un des participants au projet – autre que le candidat principal désigné – doit être un utilisateur de connaissances.
  4. Le candidat principal désigné doit avoir suivi avec succès l’un des modules de formation consacrés à l’analyse comparative fondée sur le sexe et le genre, proposés en ligne par l’Institut de la santé des femmes et des hommes (ISFH), affilié aux IRSC, et avoir soumis un certificat de réussite pour le module en question (prière de consulter la section sur le processus de soumission des demandes). Veuillez suivre le module de formation qui s’applique le plus à votre projet de recherche.
  5. Chaque équipe de recherche doit comprendre un spécialiste en matière de sexe et de genre (soit un chercheur ayant acquis une expertise en matière d’intégration des notions de sexe, comme variable biologique, et de genre, comme déterminant social de la santé), qu’il s’agisse du candidat principal désigné, d’un candidat principal ou d’un cocandidat.

Critères d’admissibilité à l’étape de soumission de la demande détaillée :

  1. Le candidat principal désigné doit être un chercheur indépendant.
  2. Le candidat principal désigné doit être rattaché à un établissement admissible (voir les conditions d’admissibilité pour les établissements pour connaître le processus applicable aux demandes d’admissibilité et les échéances à respecter).
  3. Si les travaux de recherche proposés doivent être menés auprès d’êtres humains, au moins un des participants au projet – autre que le candidat principal désigné – doit être un utilisateur de connaissances.
  4. L’équipe de recherche doit satisfaire aux exigences énoncées ci-après.
  • L’équipe doit comprendre au moins un chercheur en début de carrière, qui peut être un candidat principal ou un cocandidat. Les chercheurs en début de carrière doivent répondre aux critères d’admissibilité à la date limite de soumission des demandes détaillées.
  • L’équipe doit comprendre un spécialiste en matière de sexe et de genre. Le spécialiste en matière de sexe et de genre est un chercheur qui, relativement à son domaine d’études, détient une expertise dans la prise en compte du sexe comme variable biologique ou du genre comme déterminant social de la santé. Il est en mesure de veiller à ce que les notions de sexe et de genre soient intégrées de façon significative dans chacun des aspects du projet de recherche soumis en ce qui a trait à la conception, aux méthodes, aux analyses, à la mise en œuvre et à la production de rapports. Le spécialiste en matière de sexe et de genre doit avoir suivi avec succès l’un des modules de formation consacrés à l’analyse comparative fondée sur le sexe et le genre, proposés en ligne par l’Institut de la santé des femmes et des hommes (ISFH), affilié aux IRSC, et avoir soumis un certificat de réussite pour le module en question (prière de consulter la section sur le processus de soumission des demandes). Veuillez suivre le module de formation qui s’applique le plus à votre projet de recherche. Vous pouvez vous reporter au site des IRSCpour en savoir plus sur le rôle du spécialiste en matière de sexe et de genre.
  • Pour tout projet de recherche en lien avec la sclérose en plaques, l’équipe doit comprendre au moins un candidat principal, un cocandidat ou un collaborateur ayant une expérience personnelle de la SP et devant prendre part à toutes les étapes du projet de recherche, y compris la conception, l’exécution, l’application des connaissances et l’évaluation.

Pour en savoir davantage sur les critères d’admissibilité applicables individuellement, reportez-vous aux conditions d’admissibilité pour les chercheurs.

Il est possible de consulter le site Web des IRSC pour obtenir davantage d’information sur les critères d’admissibilité applicables aux subventions d’équipe dont il est ici question.


Dates importantes

  • Lancement de l’appel de propositions : le 14 mars 2019
  • Webinaire FAQ :à déterminer
  • Date limite pour la soumission des lettres d’intention : le 15 mai 2019
  • Date de l’avis de décision sur les lettres d’intention : le 15 juillet 2019
  • Fin de la période de soumission des demandes détaillées : le 8 octobre 2019
  • Date de la notification d’attribution des subventions : le 31 janvier 2020
  • Date prévue du début des travaux de recherche : le 1er janvier 2020

Politiques et procédures

Pour consulter les politiques et procédures applicables aux subventions d’équipe susmentionnées ou pour soumettre une demande en lien avec celles-ci, rendez-vous à recherchenet.ca.


Open navigation