Société canadienne de la sclérose en plaques

Nouvelles récentes sur la recherche en SP

Biogen Idec divulgue les principaux résultats d’un essai clinique consacré à une substance baptisée anti-LINGO 1 et révélant des indices positifs de régénération du système visuel

Contexte

La compagnie pharmaceutique Biogen Idec a divulgué des résultats de recherche obtenus dans le cadre d’un essai clinique de phase II visant à évaluer l’innocuité et l’efficacité d’un médicament potentiel contre la SP, baptisé anti-LINGO‑1, dans le traitement de la névrite optique aiguë (NOA). La névrite optique figure parmi les premiers symptômes présentés, selon les estimations, par 16 % des personnes atteintes de SP et peut survenir couramment dans le contexte de la maladie. En août dernier, la Société de la SP avait rapporté les résultats d’un essai clinique de phase I portant sur l’anti-LINGO‑1 qui avait pour objectif d’établir le profil d’innocuité de ce médicament, administré à des doses variables à des patients ayant la SP. Or, le profil d’innocuité de l’anti-LINGO‑1 s’était avéré stable chez les 47 sujets atteints de SP et les 72 témoins en bonne santé ayant participé à cette étude de phase I, ce qui a donné lieu à un programme clinique de phase II, réparti en deux études appelées RENEW et SYNERGY. Le premier de ces deux essais à avoir été mené est l’étude RENEW. Au cours de celle-ci, les chercheurs ont examiné la capacité de l’anti-LINGO‑1 à stimuler la réparation de la myéline autour du nerf optique touché. Ils ont rapporté des données probantes de régénération tissulaire du système visuel chez les sujets traités par l’anti-LINGO‑1.

Description de l’étude

L’étude RENEW était un essai comparatif (avec placebo) de phase II, à double insu et à répartition aléatoire, dont le but était d’évaluer les effets de l’anti-LINGO‑1 chez des patients traités à la suite d’un premier épisode de NOA. Cet essai a été mené auprès de 82 témoins rattachés à 33 centres répartis en Europe, au Canada et en Australie et ayant reçu, à intervalles de quatre semaines, une série de six perfusions intraveineuses d’anti-LINGO‑1 ou un placebo.

Résultats

Les résultats obtenus dans le cadre de l’essai RENEW ont démontré une amélioration de 34 % des capacités du nerf optique après l’administration du médicament à l’étude, amélioration déterminée par la mesure du temps de transmission d’un signal de la rétine au cortex visuel, comparativement aux données issues du groupe témoin. Bien que les chercheurs aient obtenu des résultats probants d’un point de vue biologique, leurs constatations ne se sont pas avérées significatives sur le plan statistique. De plus, l’étude en question n’a révélé aucun effet relativement aux paramètres d’évaluation secondaires, lesquels comprenaient des changements relatifs à la vision et à l’épaisseur des couches de la rétine (neurones et axones optiques).

La deuxième étude faisant partie du programme clinique de phase II mentionné précédemment, baptisée SYNERGY, est en cours et porte davantage sur la SP. Cet essai aléatoire, comparatif (avec placebo) de phase II, mené à double insu et destiné à déterminer la posologie adéquate de l’anti-LINGO‑1, compte déjà tous les participants nécessaires et durera 22 mois. Les résultats de cette étude devraient être publiés en 2016.

Commentaires

Les effets de l’anti-LINGO‑1 sur la vision suggèrent que ce médicament pourrait avoir une action régénératrice sur diverses parties du système nerveux central, lequel peut être touché par la SP dans son intégralité. Bien qu’elles ne soient pas significatives d’un point de vue statistique, les données issues de l’étude RENEW sont encourageantes dans la mesure où elles démontrent le potentiel de remyélinisation de l’anti-LINGO‑1 et la capacité de ce médicament à traiter l’un des symptômes les plus courants de la SP, à savoir la névrite optique, qui peut s’avérer très douloureuse et dérangeante chez les personnes atteintes de SP. Il faudra toutefois approfondir la recherche dans ce domaine pour confirmer les observations faites dans le cadre de l’étude RENEW et déterminer la capacité réelle de l’anti-LINGO-1 à stimuler la régénération neuronale et à favoriser la neuroprotection. La Société de la SP continuera de diffuser toute nouvelle information sur cette étude ou tout autre essai clinique portant sur ce médicament. Pour en savoir plus sur les traitements en préparation contre la SP, il est possible de consulter la page du site Web de la Société de la SP intitulée Traitements à l’étude.