Nouvelles récentes sur la recherche en SP

Effets émergents de la comorbidité sur la sclérose en plaques

  • Étude canadienne

Afficher ou imprimer ce document dans son format original.

Résumé
Bien que l’interaction entre les maladies chroniques et d’autres maladies concomitantes (comorbidité) soit forte, son effet n’a suscité que très peu d’attention. Dans le cas de la sclérose en plaques (SP), un volume croissant de données probantes laissent supposer que des maladies physiques et mentales ainsi que d’autres facteurs de mauvaise santé, comme le tabagisme et l’obésité, sont souvent présents chez les personnes atteintes de SP et qu’ils influent sur cette dernière. Marrie RA, Horwitz RI., Lancet Neurol., le 9 août (8):820-8.

Détails
Bien que l’interaction entre les maladies chroniques et d’autres maladies concomitantes (comorbidité) soit forte, son effet n’a suscité que très peu d’attention. Dans le cas de la sclérose en plaques (SP), un volume croissant de données probantes laissent supposer que des maladies physiques et mentales ainsi que d’autres facteurs de mauvaise santé, comme le tabagisme et l’obésité, sont souvent présents chez les personnes atteintes de SP et qu’ils influent sur cette dernière. Les maladies concomitantes et les habitudes de vie ont une influence sur le phénotype clinique, l’intervalle entre l’apparition des symptômes et la pose du diagnostic, la progression des incapacités et la qualité de vie liée à la santé. Les futures études sur la comorbidité chez les personnes atteintes de SP devraient tenir compte de la nature des maladies concomitantes, des comportements liés à la santé, des effets modificateurs du statut socioéconomique, de l’origine ethnique et des facteurs culturels. Les études sur la fréquence de la comorbidité chez les personnes atteintes de SP devraient être basées sur une population et comprendre des groupes comparatifs appropriés. Ces études devraient étendre la gamme des maladies concomitantes évaluées et relever les changements dans la fréquence de la comorbidité au fil du temps. Il faut poursuivre la recherche dans ce domaine si nous voulons, d’une part, répondre à de nombreuses autres questions sur les maladies concomitantes et sur leur lien avec la SP et, d’autre part, trouver le meilleur moyen d’évaluer et d’analyser ces maladies afin de comprendre ce lien.

Recherche et programmes nationaux
Open navigation