Nouvelles récentes sur la recherche en SP

La FDA approuve un deuxième médicament oral pour le traitement des formes rémittentes de SP

La Food and Drug Administration (Secrétariat américain aux produits alimentaires et pharmaceutiques) a donné son approbation à la mise en marché du tériflunomide (AubagioMD – Genzyme, filiale de Sanofi) en doses quotidiennes de 7 mg et de 14 mg pour le traitement des formes rémittentes de sclérose en plaques (SP). Ce nouveau médicament oral, qui se présente sous la forme d’un comprimé, inhibe la fonction de certaines cellules immunitaires intervenant dans la SP. En effet, l’Aubagio entrave l’activité d’une enzyme ayant un rôle clé dans la prolifération de certains globules blancs, à savoir les lymphocytes T et B, réduisant ainsi la multiplication de ces cellules de même que la production par les lymphocytes T de messagers chimiques immunitaires. On croit que l’Aubagio n’affecte pas les cellules immunitaires non activées.

À propos des essais : Trois essais cliniques de grande envergure portant sur l’Aubagio sont terminés, et au moins deux autres sont toujours en cours. Dans l’étude TEMSO, soit un essai clinique de phase III, l’Aubagio a permis de réduire de façon plus significative qu’un placebo le nombre moyen de poussées ainsi que l’activité de la maladie observée sur les clichés d’imagerie par résonance magnétique (IRM) de 796 personnes atteintes de SP rémittente. Selon un communiqué de presse publié par la compagnie pharmaceutique, l’Aubagio aurait également permis de réduire le nombre de poussées comparativement à un placebo durant 48 semaines lors de l’étude TOWER, à savoir un essai clinique de phase III qui s’est achevé dernièrement et auquel ont participé 1 169 personnes atteintes de SP cyclique. Au cours de cette dernière étude, deux doses ont été mises à l’essai (7 mg et 14 mg), et avec la dose la plus élevée des deux, on a constaté un ralentissement de la progression des incapacités.

Lors de l’étude TENERE, on a comparé les effets de l’Aubagio à ceux du RebifMD (interféron bêta-1a – EMD Serono et Pfizer) chez des personnes atteintes de SP rémittente. Durant cette étude, le « risque d’échec thérapeutique » constituait le principal critère d’évaluation. Ce risque était défini par la survenue d’une poussée ou par l’arrêt permanent du traitement à l’étude, selon la première de ces éventualités. L’Aubagio n’a pas rempli ce critère d’évaluation. Cependant, aucune différence statistiquement significative n’a été observée entre le Rebif et l’Aubagio quant au risque d’échec thérapeutique.

Au cours des essais cliniques qui ont été réalisés jusqu’à présent, l’Aubagio s’est avéré généralement sans danger et bien toléré. Parmi les effets indésirables les plus fréquemment rapportés, mentionnons la diarrhée, des anomalies de la fonction hépatique, la nausée, un syndrome grippal et un amincissement des cheveux. L’information posologique du médicament comporte une mise en garde en encadré relative au risque de troubles hépatiques.

La Canada a joué un rôle déterminant dans la mise au point du tériflunomide. En effet, bon nombre de chercheurs, de cliniciens et de patients du réseau canadien de cliniques de SP ont permis la réalisation des essais cliniques de phase II et III de l’étude TEMSO. La Société canadienne de la SP diffusera toute nouvelle information au sujet du tériflunomide et des études en cours.

Contient des renseignements provenant de la National MS Society (É.-U.) – nmss.org.

Open navigation