Nouvelles récentes sur la recherche en SP

Les effets de la décompression microvasculaire chez les patients atteints de sclérose en plaques qui présentent une névralgie du trijumeau

Afficher ou imprimer ce document dans son format original.

Résumé
On pense que chez les personnes atteintes de sclérose en plaques (SP), la névralgie du trijumeau est provoquée par la formation de lésions (plaques) démyélinisantes dans la zone d’entrée de la racine du trijumeau dans le pont ou dans les noyaux ou les tractus du trijumeau. Les auteurs de l’article font état de leur expérience en matière de décompression microvasculaire chez des patients souffrant de SP et d’une névralgie du trijumeau symptomatique. Sandell T, Eide PK., Neurosurgery. 21 juill. 2010. [Article mis en ligne avant la publication]

Détails
Les auteurs ont passé en revue les cas de tous les patients atteints de SP et d’une névralgie du trijumeau symptomatique, dont la toute première décompression microvasculaire avait été réalisée par l’auteur principal dans son service de neurochirurgie entre 1999 et 2007 (période de 8 ans). Avant l’intervention, les composantes de la douleur avaient été classées selon les catégories suivantes : douleur épisodique à 100 %, douleur épisodique à > 50 % ou douleur constante à > 50 %. Durant le suivi, le soulagement de la douleur a été évalué au moyen d’un questionnaire standard envoyé par la poste. Les patients qui éprouvaient encore de la douleur ont été examinés en ambulatoire ou interrogés par téléphone.

Quinze des 19 patients atteints de SP opérés ont fait l’objet d’un suivi. La durée médiane de l’observation était de 55 mois (valeurs extrêmes : 17 et 99). Durant le suivi, 7 des 15 patients (47 %) ne ressentaient plus aucune douleur, et 4 patients (27 %) avaient obtenu un soulagement significatif de leur douleur épisodique (c’est-à-dire qu’ils avaient situé la pire douleur ressentie entre 0 et 3 cm sur une échelle visuelle analogique de 10 cm). En outre, dans le sous-groupe de 8 patients chez lesquels l’une des composantes de la douleur était constante, la douleur constante avait complètement disparu dans tous les cas, et la douleur épisodique avait disparu chez 4 patients (50 %).

CONCLUSION : Après avoir passé en revue les 8 ans d’expérience qu’ils ont accumulée en matière de décompression microvasculaire chez des patients atteints de SP et d’une névralgie du trijumeau, les auteurs ont conclu que la douleur épisodique avait disparu ou qu’elle s’était significativement atténuée chez une large proportion d’entre eux. Par ailleurs, les patients qui ressentaient une douleur constante avant l’intervention ont vu cette composante de la douleur disparaître complètement. Il en ressort que la présence de la SP chez les patients atteints d’une névralgie du trijumeau (qui éprouvent ou non une douleur constante) ne doit pas être considérée comme une contre-indication de la décompression microvasculaire, et que cette intervention peut donc leur être proposée.


Recherche et programmes nationaux
Open navigation