Nouvelles récentes sur la recherche en SP

Physiopathologie de la sclérose en plaques et place du tériflunomide

Afficher ou imprimer ce document dans son format original.

Résumé
Des progrès importants ont été réalisés dans le traitement de la sclérose en plaques (SP) au cours des 20 dernières années, dont l’avènement de médicaments modificateurs de l'évolution de la SP (MMÉSP). Cela dit, l’absence de réponse à certains besoins médicaux substantiels a incité les chercheurs à explorer de nouvelles options thérapeutiques. Acta Neurol Scand. 2010 Sept 29. doi: 10.1111/j.1600-0404.2010.01444.x. [Publication en ligne avant impression ] Gold R, Wolinsky JS.

Détails
Le tériflunomide est un inhibiteur sélectif de la synthèse de novo des pyrimidines. Comptant parmi les médicaments modificateurs de l'évolution de la SP à l’étude, le tériflunomide exerce un effet cytostatique sur la prolifération des lymphocytes T et des lymphocytes B périphériques et possède donc des propriétés antiprolifératives et anti-inflammatoires. Les vertus anti-inflammatoires du tériflunomide ont été démontrées dans des études sur des modèles murins (souris) de SP. En effet, les chercheurs ont observé une diminution du nombre de macrophages, de cellules B et de cellules T qui pénètrent dans le système nerveux central et une amélioration de la préservation de la myéline et des oligodendrocytes. Ils ont également noté un allongement du délai d’apparition de la maladie, une réduction de la fréquence des poussées et une atténuation des symptômes cliniques. Un essai clinique de validation d’hypothèse, mené auprès de patients atteints de SP rémittente, a montré que le tériflunomide contribuait à diminuer de manière significative l’activité pathologique, mise en évidence par l’imagerie par résonance magnétique (IRM), et à améliorer les paramètres cliniques et que les deux effets étaient maintenus à long terme. D’autres études ont révélé que le tériflunomide peut être ajouté sans risque à l’interféron bêta ou à l’acétate de glatiramère. Comparé à la monothérapie, le traitement combiné a permis de diminuer davantage les signes cliniques et l’activité de la maladie mesurée par l’IRM. Le profil d’innocuité et de tolérance du tériflunomide est acceptable et gérable. Un vaste essai clinique en cours a pour but de scruter plus en profondeur le rôle du tériflunomide dans le traitement de la SP.

Recherche et programmes nationaux
Open navigation