Nouvelles récentes sur la recherche en SP

Publication de résultats d’une étude cas-témoins sur l’IVCC ayant fait appel à la neuroéchographie

    Contexte : Détermination du lien entre l’IVCC et la sclérose en plaques

    Au cours des dernières années, l’insuffisance veineuse céphalorachidienne chronique (IVCC) a alimenté les discussions sur de nombreuses tribunes. Le lien entre l’IVCC et la SP, qui a d’abord été décrit par le Dr Paolo Zamboni, M.D., de l’Université de Ferrare, en Italie, a remis en question la théorie la plus communément admise selon laquelle la SP est une maladie inflammatoire à médiation immunitaire. Selon le Dr Zamboni, l’IVCC consisterait en une perturbation de la circulation sanguine caractérisée par une incapacité du système veineux à drainer efficacement le sang du système nerveux central. Ce dysfonctionnement entraînerait une hausse de la pression dans les veines du cerveau et de la moelle épinière, qui causerait des lésions à ces organes.

    En juin 2010, la National MS Society (organisme états-unien de la SP) et la Société canadienne de la sclérose en plaques se sont engagées à affecter plus de 2,4 millions de dollars à sept nouveaux projets de recherche consacrés à l’IVCC et à son éventuel lien avec la SP. Grâce à des techniques d’imagerie de pointe et à des protocoles d’études d’avant-garde, ces travaux ont permis d’étudier de façon exhaustive la structure et la fonction des veines qui assurent le drainage du sang du cerveau et de la moelle épinière chez des personnes atteintes de SP et de comparer les résultats obtenus chez ces dernières à ceux de volontaires sains et de sujets atteints d’autres maladies neurologiques que la SP.

    Après deux ans, les chercheurs ont rapporté des progrès considérables en ce qui a trait à l’atteinte de leurs objectifs. Bien que plusieurs équipes de chercheurs poursuivent leurs travaux, certaines transmettent déjà leurs résultats préliminaires lors de congrès médicaux et prodiguent des conseils techniques qui devraient permettre de faciliter et d’accélérer au maximum l’avancement des recherches.

    L’une des sept équipes de chercheurs vient de publier les résultats de son étude approfondie dans la revue Annals of Neurology. Le Dr Jerry S. Wolinsky, M.D., du Centre des sciences de la santé de l’Université du Texas à Houston, a réuni un groupe d’experts provenant de diverses disciplines dans le but d’étudier le rôle de l’IVCC dans la SP et de trouver une technique de dépistage fiable de l’IVCC.

    Parmi les spécialistes qui ont participé à cette étude, tous du Centre des sciences de la santé de l’Université du Texas à Houston, on compte le chef de la radiologie interventionnelle vasculaire (le Dr Alan Cohen, M.D.), le directeur du laboratoire de neuroéchographie (le Dr Barreto, M.D.), le chef de l’IRM cardiovasculaire (le Dr Larry A. Kramer, M.D.) ainsi que des neurologues spécialisés en SP (les Drs Wolinsky, Staley A. Brod, John W. Lindsey et Flavia Nelson).

    Description de l’étude

    Cette étude prospective cas-témoins a été menée exclusivement au Centre des sciences de la santé de l’Université du Texas à Houston auprès de 206 personnes atteintes de SP et de 70 témoins non atteints de cette maladie, soit 276 participants au total. Elle avait pour but, dans un premier temps, de comparer ces deux groupes quant à la prévalence de l’IVCC, révélée par la neuroéchographie. Le Dr Wolinsky et son équipe ont eu recours à l’échographie Doppler pour mesurer la qualité du drainage veineux selon la méthode à l'insu, c’est-à-dire que ni le technicien en neuroéchographie ni le professionnel chargé de l’interprétation des résultats de l’examen ne savaient à quel groupe appartenaient les participants.

    Les chercheurs ont utilisé un appareil d’échographie standard plutôt que de faire l’acquisition d’un appareil semblable à celui que l’équipe du Dr Zamboni a utilisé. Dans leur analyse des structures du cerveau, ils ont suivi le même protocole et ont respecté les mêmes critères que ceux qui étaient décrits dans le premier article du Dr Zamboni (J Neurol Sci 2009;282:21-27).

    Les résultats

    Parmi tous les participants, 82 sur 276 (29,7 %) répondaient à au moins un des cinq critères de diagnostic d’une anomalie du drainage veineux proposés par le Dr Zamboni; 13 sur 276 (4,7 %) répondaient à deux critères de diagnostic d’une IVCC, mais aucun ne répondait à plus de deux critères. L’IVCC a été dépistée chez 7,14 % des participants non atteints de SP et chez 3,88 % des participants atteints de cette maladie, soit une différence non valide du point de vue statistique. En outre, le nombre de participants qui répondaient à 0, à 1 ou à 2 « critères Zamboni » ne variait pas de manière significative d’un groupe à l’autre ni parmi les sous-groupes de personnes atteintes de SP (c’est-à-dire les groupes présentant une forme cyclique de SP, une forme progressive de SP et un syndrome clinique isolé).

    Le Dr Wolinsky et son équipe comparent maintenant les données échographiques aux anomalies mises en évidence par d’autres techniques d’imagerie telles la veinographie par résonance magnétique (VRM) et la veinographie transluminale (VTL). Ces travaux permettront de vérifier les conclusions tirées exclusivement des données échographiques et feront l’objet d’articles scientifiques ultérieurs.

    Dans l’ensemble, les résultats de cette étude montrent que l’IVCC est beaucoup moins répandue que ne le laissaient croire les premiers rapports et qu’aucune différence significative n’a été relevée entre les personnes atteintes de SP et les personnes non atteintes de cette maladie. Basés sur leurs observations, les chercheurs infirment tout lien de causalité entre l’IVCC et la SP.

    Les auteurs reconnaissent toutefois que leur étude comportait certaines limites, la première étant qu’elle se déroulait dans un seul centre. Ils font aussi remarquer que les résultats des études multicentriques de plus grande envergure, comme celle qui a été menée en Italie, valent la peine d’être pris en considération. Autre point soulevé : l’étude pouvait compter sur une solide expertise en neuroéchographie, mais ne comptait pas plusieurs échographistes et interprètes d’images expérimentés.

    L’équipe ne s’est pas assurée que le neuroéchographiste ignore jusqu’à la fin à quel groupe appartenait les participants, mais elle signale que ces derniers avaient tous été avisés de ne rien révéler au sujet de leurs antécédents médicaux. Elle n’a pas étudié non plus d’autres anomalies veineuses, tel le dysfonctionnement valvulaire, mais cette lacune a été comblée dans le protocole adopté récemment par consensus. Enfin, les chercheurs n’avaient pas prévu la répétition des examens, de sorte qu’on ne pourra pas savoir si les anomalies observées au départ seront toujours présentes dans l’avenir.

    Portée

    La publication des résultats de la première étude sur l’IVCC, financée conjointement par la Société canadienne de la SP et la National MS Society, illustre bien la volonté de tirer au clair la relation alléguée entre l’IVCC et la SP. Les travaux du Dr Wolinsky s’ajoutent à une documentation croissante sur l’IVCC, et son étude comparative de diverses méthodes d’imagerie visant à identifier clairement l’IVCC permettra d’approfondir les connaissances dans ce domaine. Selon les chercheurs, les divergences dans les résultats sont attribuables à de nombreux facteurs qu’ils expliquent dans leur article. À la lumière de leurs observations, la Société de la SP et toute la collectivité de la SP comprendront que la recherche doit être poursuivie pour faire toute la lumière sur le sujet.


    Source : BARRETO, AD et coll. « Chronic Cerebrospinal Venous Insufficiency: Case–Control Neurosonography Results », Annals of Neurology, 2013; DOI : 10.1002/ana.23839. Publié d’abord en ligne.
    Open navigation