Société canadienne de la sclérose en plaques

Nouvelles récentes sur la recherche en SP

Santé Canada publie un avis de sécurité relativement à un risque d’atteinte hépatique pour les personnes traitées par le Gilenya (fingolimod)

Santé Canada a publié un avis de sécurité quant à un risque d’atteinte hépatique associé à l’utilisation du Gilenya (fingolimod). Depuis l’arrivée de ce produit sur le marché, des cas d’atteinte hépatique cliniquement grave ont été rapportés chez des personnes atteintes de sclérose en plaques qui recevaient ce médicament. Dans certains cas, il s’agissait d’une insuffisance hépatique qui exigeait une greffe du foie.

La monographie du Gilenya publiée par Santé Canada a été révisée à propos du risque accru d’atteinte hépatique associé à ce médicament et relativement à la nécessité de surveiller les taux d’enzymes hépatiques et de bilirubine après 1, 3, 6, 9 et 12 mois de traitement par le Gilenya, puis à intervalles réguliers par la suite, jusqu’à 2 mois après l’arrêt du traitement. On recommande aux personnes qui envisagent de prendre du Gilenya de faire évaluer leurs taux sanguins d’enzymes hépatiques et de bilirubine dans les 6 mois précédant le début du traitement.

Plusieurs versions génériques du fingolimod sont offertes sur le marché, et Santé Canada collaborera avec les fabricants de ces produits en vue de la révision de leurs monographies respectives. Si vous avez des questions au sujet de la version générique que vous prenez, veuillez communiquer avec le neurologue qui vous a prescrit ce médicament, avec un représentant du programme de soutien offert par le fabricant du produit ou encore avec votre pharmacien.

Les signes et les symptômes d’atteinte hépatique comprennent notamment des vomissements inexpliqués, des douleurs abdominales, la fatigue, l’anorexie, l’ictère (coloration jaune de la peau et des muqueuses) et/ou une coloration foncée des urines. Les personnes traitées par le fingolimod (Gilenya ou version générique) qui présentent n’importe lequel de ces signes ou symptômes doivent communiquer immédiatement avec le médecin prescripteur.

Open navigation