Nouvelles récentes sur la recherche en SP

Selon une étude de pharmacovigilance menée aux États-Unis, l’Ampyra n’augmente pas la vitesse de marche des personnes atteintes de SP lorsqu’il est administré à faibles doses.

Selon une étude de pharmacovigilance menée aux États-Unis, l’Ampyra n’augmente pas la vitesse de marche des personnes atteintes de SP lorsqu’il est administré à faibles doses.

La société Acorda Therapeutics Inc. a rapporté qu’une étude menée aux États-Unis sur l’Ampyra (ou le Fampyra, au Canada) après la commercialisation de celui-ci n’a pas permis de constater que ce médicament améliorait la vitesse de marche chez les personnes atteintes de sclérose en plaques.

À la suite de l’homologation de l’Ampyra à 10 mg, en 2010, la Food and Drug Administration (FDA – Secrétariat américain aux produits alimentaires et pharmaceutiques) avait demandé à la société Acorda de mener un essai clinique visant à évaluer l’innocuité et l’efficacité de l’administration du médicament à faibles doses, soit 5 mg deux fois par jour, comparativement aux effets de la dose autorisée de 10 mg, administrée deux fois par jour, et à ceux d’un placebo. Or, dans le cadre de cette dernière étude, les deux groupes de patients traités à des doses de 5 mg et de 10 mg respectivement n’ont présenté aucune amélioration de leur vitesse de marche par comparaison avec le groupe placebo. Toutefois, lorsque les chercheurs ont analysé les données de l’étude suivant des méthodes semblables à celles qui avaient été utilisées lors d’essais antérieurs, ils ont constaté que l’Ampyra administré à 10 mg améliorait de manière significative la vitesse de marche chez les personnes répondant au médicament par rapport au groupe placebo, contrairement à ce qu’ils ont observé chez les patients ayant reçu le médicament à des doses de 5 mg. De plus, le taux de réponse au traitement s’est révélé significativement plus important (amélioration moyenne de la vitesse de la marche d’au moins 20 % comparée aux valeurs initiales) parmi les sujets traités par des doses de 10 mg du médicament que chez les personnes ayant reçu le placebo.

La société Acorda a également signalé que deux des participants à l’essai – l’un ayant reçu des doses de 5 mg et l’autre, des doses de 10 mg – ont présenté des effets indésirables graves, dont une perte de conscience subie par le patient traité par des doses de 10 mg. En juillet dernier, la FDA avait déjà formulé une mise en garde relative au risque accru de convulsions associé à l’Ampyra chez les personnes dont la fonction rénale est altérée.

Signification des résultats de l’étude pour les Canadiens traités par le Fampyra

Pour le moment, Santé Canada n’a fait aucune déclaration officielle au sujet des résultats de l’étude, et rien n’indique clairement ce que sera la position de la FDA en lien avec ces nouvelles données. Il est possible toutefois que celles-ci soient ajoutées à la monographie du médicament, de sorte que les médecins puissent le prescrire adéquatement.

Santé Canada a approuvé la fampridine (FampyraMD) le 10 février 2012 pour le traitement des personnes adultes atteintes de SP qui ont de la difficulté à marcher. Dans ses mises en garde, Santé Canada recommande de vérifier la fonction rénale du patient avant d’amorcer un traitement par le Fampyra et pendant toute la durée du traitement. On recommande aux personnes atteintes de SP qui prennent de l’Ampyra de ne pas doubler la dose du médicament en cas d’oubli afin de ne pas accroître le risque de convulsions. Il est également recommandé aux personnes qui prennent ce médicament de suivre rigoureusement la posologie et d’informer immédiatement leur médecin traitant de l’apparition de tout effet secondaire inquiétant.

Open navigation