Société canadienne de la sclérose en plaques

Acide lipoïque

Aperçu :

  • Autre dénomination : acide alpha-lipoïque
  • Voie d’administration et posologie : voie orale (1 200 mg, une fois par jour)
  • Classe thérapeutique : antioxydant
  • Traitement émergent contre la SP progressive secondaire (SPPS)
  • Statut : essai clinique de phase II en cours

Mode d’action

L’acide lipoïque est un supplément en vente libre réputé pour ses propriétés antioxydantes. Les antioxydants bloquent l’activité des « radicaux libres », soit des substances intermédiaires qui provoquent des lésions tissulaires dans le cas de la SP. Outre qu’il peut être pris sous forme de supplément, l’acide lipoïque se trouve dans certains aliments, comme les épinards, le brocoli et les pommes de terre. Il a été démontré que l’acide lipoïque pouvait réduire l’inflammation et l’incapacité chez des souris atteintes d’une maladie semblable à la SP.

Travaux de recherche et résultats

Essai clinique de phase II

Dans le cadre d’un essai clinique préliminaire de phase II unicentrique et à double insu, des chercheurs ont traité et suivi 51 adultes atteints de SPPS qui avaient été répartis de façon aléatoire entre deux groupes pour recevoir quotidiennement, par voie orale, 1 200 mg d’acide lipoïque ou un placebo durant deux ans. Le principal paramètre d’évaluation était le pourcentage d’atrophie cérébrale, mise en évidence par IRM. L’équipe de recherche s’est également intéressée aux changements pouvant toucher les incapacités chez les participants ainsi qu’au profil d’innocuité de l’acide lipoïque. Les résultats de cette étude indiquent une diminution de l’atrophie cérébrale de 68 % au sein du groupe traité, comparativement au groupe placebo. Les chercheurs ont également observé une légère amélioration des résultats obtenus par les participants traités par l’antioxydant au test de la marche chronométrée de 25 pieds (8 mètres), en comparaison du groupe placebo, mais cette différence ne s’est pas avérée statistiquement significative. Par ailleurs, le nombre de chutes enregistré au sein du groupe traité a été inférieur à celui du groupe placebo.

Ces résultats préliminaires serviront de base à une autre étude, soit un essai clinique de phase II multicentrique et à double insu qui consistera à vérifier les effets de l’acide lipoïque comparativement à ceux d’un placebo. Bénéficiant du soutien financier de la National MS Society (organisme états-unien de la SP) et de la Société canadienne de la SP, les auteurs de cette étude recruteront 100 participants atteints de SPPS et s’emploieront à déterminer si la prise d’acide lipoïque a des effets sur la mobilité, la fréquence des chutes, l’atrophie globale du cerveau, l’atteinte neurologique, la cognition, l’humeur et la qualité de vie. Les chercheurs se pencheront aussi sur l’innocuité, la tolérabilité et les effets indésirables de l’acide lipoïque. Les résultats de leurs travaux devraient être publiés en 2021.

À l’issue du premier essai clinique, les chercheurs avaient rapporté que les participants traités par l’acide lipoïque avaient été plus sujets aux maux d’estomac que les membres du groupe placebo. Une déshydratation et des éruptions cutanées avaient aussi été constatées chez les personnes traitées par l’antioxydant.


Références

SPAIN, R. et coll. « Lipoic acid in secondary progressive MS: A randomized controlled pilot trial », Neurol Neuroimmunol Neuroinflamm ; 4(5): e374.

Open navigation