Société canadienne de la sclérose en plaques

Cladribine

Aperçu
  • Nom de marque : Movectro (EMD Serono – Merck)
  • Voie d’administration : orale
  • Classe thérapeutique : inhibiteur des lymphocytes
  • Nouveau traitement contre la SP cyclique
  • Stade du programme de recherche : essais cliniques de phase III
Mode d’action

La cladribine cible de manière sélective certains types de globules blancs, y compris les lymphocytes, et plus particulièrement les lymphocytes T nocifs, et elle s’accumule dans ces cellules. En interférant avec la synthèse de l’ADN au sein des lymphocytes T nocifs, elle entraîne une déplétion de ces cellules et atténue ainsi l’inflammation qu’elles provoquent. Étant donné que la cladribine ne cible pas d’autres cellules saines que les cellules sanguines (ce qui s’explique par le fait que la cladribine est facilement éliminée par toutes les cellules saines, à l’exception des cellules sanguines), elle entraîne relativement peu d’effets indésirables.

Santé Canada a approuvé l’emploi de la cladribine sous forme de solution injectable pour le traitement de la leucémie à tricholeucocytes.

Travaux de recherche et résultats

Un essai clinique de phase III (étude CLARITY) a permis d’évaluer l’efficacité et l’innocuité de la cladribine administrée par voie orale chez 1 326 participants atteints de la forme cyclique de la SP. Plus précisément, cet essai à double insu et à répartition aléatoire avait pour but de comparer les effets de deux doses de cladribine (3,5 mg/kg et 5,25 mg/kg) à ceux d’un traitement inactif ( placebo). Les participants ont été suivis pendant une période maximale de deux ans. Le traitement par la cladribine à faible dose a entraîné une réduction de 58 % de la fréquence annuelle des poussées comparativement au placebo, et le traitement à forte dose a été associé à une réduction de 55 % de ce paramètre par rapport au placebo. En outre, on a observé une diminution du risque de progression soutenue des incapacités sur trois mois et du nombre de lésions cérébrales mises en évidence par les examens d’imagerie chez les participants qui ont reçu la cladribine. La phase de prolongation de cette étude consistait à évaluer l’efficacité et l’innocuité à long terme de la cladribine au cours des deux années qui ont suivi la fin du traitement par cet agent. Les résultats de cette phase de prolongation, qui n’ont pas encore été publiés, mais qui ont été présentés lors du congrès 2016 de l’Académie américaine de neurologie, ont révélé que les bienfaits procurés par la cladribine ont été maintenus au cours de ces deux années de suivi additionnelles.

Un essai clinique de phase III (étude ORACLE MS ) a été mené en vue de déterminer si la cladribine est capable de réduire le risque d’apparition de la SP chez les personnes qui ont subi un premier épisode clinique de démyélinisation (c’est-à-dire celles qui ont présenté un syndrome clinique isolé ou SCI). Cet essai a été réalisé auprès de 616 participants, qui ont reçu de la cladribine à faible ou à forte dose ou un placebo. Les deux doses de cladribine ont significativement retardé l’apparition de la SP comparativement au placebo chez les personnes qui avaient déjà présenté un SCI.

Un essai de phase II (étude ONWARD) a été réalisé afin d’évaluer l’efficacité et l’innocuité de la cladribine lorsqu’elle est utilisée comme traitement d’appoint chez des sujets qui ont été en proie à au moins une poussée de SP alors qu’ils recevaient un traitement par l’interféron bêta (IFN-b). Les participants à cet essai ont été répartis aléatoirement dans deux groupes, l’un devant recevoir un traitement associant la cladribine à l’IFN-b, et l’autre, un placebo et l’IFN-b. Selon les résultats qui ont été présentés au congrès 2016 de l’Académie américaine de neurologie, après deux ans, les participants qui avaient reçu la cladribine et l’IFN-b étaient 63 % moins susceptibles de subir une poussée que ceux qui avaient reçu le placebo et l’IFN-b. Le traitement d’appoint par la cladribine a également réduit le nombre de lésions cérébrales mises en évidence par les examens d’imagerie.

Effets secondaires signalés

Le Secrétariat américain aux produits alimentaires et pharmaceutiques ( Food and Drug Administration –FDA) et l’Agence européenne des médicaments ( European Medicines Agency – EMA) ont tous les deux rejeté, en 2009 et en 2010 respectivement, la demande d’homologation de la cladribine qui leur avait été présentée, en raison de préoccupations liées au risque de cancer associé à ce médicament (des cas de cancer avaient été observés dans le groupe traité par la cladribine lors de l’étude CLARITY). Les demandes d’homologation ont donc été abandonnées. Or, d’autres études ont démontré depuis que le risque de cancer qui a été associé à la cladribine au cours de l’étude CLARITY n’était pas plus élevé que celui qui avait été associé à d’autres immunomodulateurs, qui sont aujourd’hui approuvés, au cours des premiers essais de phase III menés sur ces derniers. À la lumière de ces résultats, Merck a relancé le processus de demande d’homologation auprès de l’EMA. La Société canadienne de la SP surveillera l’évolution de cette demande, de même que celle des demandes qui devraient normalement être déposées auprès de la FDA et de Santé Canada.

Les effets secondaires de la cladribine qui ont été signalés au cours des essais cliniques comprennent notamment les infections, qui sont attribuables à la diminution du nombre de globules blancs circulants qu’entraîne ce médicament. Les autres effets secondaires qui ont souvent été associés à la cladribine lors de ces essais sont les maux de tête et les symptômes du rhume. Il est à noter également qu’une faible proportion des participants traités par la cladribine a eu le zona.

Références :

  • GIOVANNONI, G. et coll. « A placebo-controlled trial of oral cladribine for relapsing multiple sclerosis », NEJM, 2010, 362(5):416-426.
  • HARTUNG, H.P. et coll. « Development of oral cladribine for the treatment of multiple sclerosis », J Neurol, 2010, 257(2):163-170.
  • PAKPOOR, J. et coll. « No evidence for higher risk of cancer in patients with multiple sclerosis taking cladribine », Neurol Neuroimmunol Neuroinflamm, 2015, 2:e158.