Société canadienne de la sclérose en plaques

Évobrutinib

Aperçu :

  • Autre dénomination : M2951
  • Compagnie pharmaceutique : EMD Serono
  • Voie d’administration et posologie : voie orale (de 25 à 120 mg par jour)
  • Classe thérapeutique : immunomodulateur
  • Traitement émergent contre la SP cyclique
  • Statut : essai clinique de phase III en cours

Mode d’action

L’évobrutinib inhibe de manière sélective une protéine appelée tyrosine kinase de Bruton (ou BTK) et réduit ainsi l’activation des lymphocytes B, qui contribue à l’inflammation observée dans le cerveau et la moelle épinière en cas de SP. Comme les lymphocytes B peuvent également activer les lymphocytes T, ce qui intensifie le processus inflammatoire associé à la SP, l’inhibition de la BTK par l’évobrutinib peut réduire indirectement l’activité des lymphocytes T.

Travaux de recherche et résultats

Essai clinique de phase II

Au cours d’un essai clinique de phase II, comparatif avec placebo et à double insu, on a recruté 267 participants atteints de SP cyclique afin de comparer l’innocuité et l’efficacité de l’évobrutinib à celles du Tecfidera (diméthylfumarate). Les participants ont été répartis au hasard pour recevoir soit le Tecfidera, soit l’une des trois doses d’évobrutinib à l’étude (25 mg une fois par jour, 75 mg une fois par jour ou 75 mg deux fois par jour) pendant 48 semaines. Les derniers résultats de cet essai qui ont été présentés lors du congrès de 2019 de l’American Academy of Neurology (Académie américaine de neurologie) indiquent que la plus forte dose d’évobrutinib a significativement réduit le nombre de lésions cérébrales, comparativement au placebo, après 24 semaines de traitement. De plus, aucune poussée n’a été observée après 48 semaines chez 79 % des participants qui ont reçu cette forte dose (75 mg d’évobrutinib deux fois par jour). Les effets indésirables les plus fréquents de l’évobrutinib sont des symptômes s’apparentant à ceux du rhume et une augmentation des taux d’enzymes hépatiques.

Cette étude est toujours en cours, mais l’équipe de recherche ne recrute plus de nouveaux participants. On prévoit que ces travaux de recherche se termineront en février 2025.

Essais cliniques de phase III : evolutionRMS1 et evolutionRMS2

Les études evolutionRMS1 et evolutionRMS2 sont des essais cliniques de phase III multicentriques, à répartition aléatoire et à double insu au cours desquels l’efficacité de l’évobrutinib sera comparée à celle de l’Aubagio (tériflunomide). Pour chacun de ces essais, les chercheurs espèrent recruter 930 adultes qui seront répartis de façon aléatoire pour recevoir soit l’évobrutinib par voie orale deux fois par jour, soit l’Aubagio par voie orale une fois par jour, pendant 96 semaines. Le paramètre d’évaluation principal sera les variations de la fréquence annualisée des poussées observées dans les deux groupes. Les chercheurs visent également à évaluer le temps écoulé avant l’accumulation confirmée d’incapacités, le nombre total de lésions rehaussées par le gadolinium et le nombre total de nouvelles lésions ou de lésions ayant augmenté de volume en T2.

Ces études sont toujours en cours, mais l’équipe de recherche ne recrute plus de nouveaux participants. On prévoit que ces travaux de recherche se termineront en juillet 2026.

Référence

MONTALBAN, X. et coll. « Placebo-controlled trial of an oral BTK inhibitor in multiple sclerosis », N Engl J Med, 2019; 380: 2406-2417.

Open navigation