Société canadienne de la sclérose en plaques

Ponesimod

Overview:
  • Autre dénomination : ACT-128800
  • Compagnie pharmaceutique : Actelion (une compagnie pharmaceutique de Janssen et de Johnson & Johnson)
  • Voie d’administration : orale (20 mg par jour)
  • Classe thérapeutique : modulateur des récepteurs de la sphingosine-1-phosphate (S1P1R); immunomodulateur
  • Traitement émergent contre la SP cyclique
  • Statut : essais cliniques de phase III en cours
Mode d'action

Le mode d’action du ponésimod est semblable à celui du Gilenya (fingolimod); le médicament exerce son action sur certaines cellules immunitaires, appelées lymphocytes, qui participent aux attaques contre la myéline dans le contexte de la SP. Il se lie au site d’arrimage des lymphocytes (lymphocytes T et B qui contribuent aux lésions du système nerveux central dans le contexte de la SP) qui se trouve à un endroit précis appelé récepteur de la sphingosine-1-phosphate , ce qui fait en sorte qu’une forte proportion des lymphocytes demeure dans les ganglions lymphatiques. Il en résulte une diminution du nombre de lymphocytes pouvant atteindre le cerveau et la moelle épinière, et ainsi une réduction des lésions à la myéline qui recouvre les fibres nerveuses.

Travaux de recherche et résultats

Essai clinique de phase II

Un essai clinique de phase II, comparatif avec placebo et mené à double insu auprès de 464 personnes atteintes de SP cyclique visait à évaluer l’efficacité et l’innocuité du ponésimod dans le traitement de la SP. Les participants ont été répartis aléatoirement pour recevoir une dose de 10, de 20 ou de 40 mg de ponésimod par jour ou un placebo pendant 24 semaines. Le paramètre d’évaluation principal, soit la mesure du nombre cumulatif de nouvelles lésions rehaussées par le gadolinium de la 12e à la 24 e semaine, était significativement plus faible chez les personnes qui ont reçu 10, 20 et 40 mg de ponésimod que chez celles qui ont reçu le placebo.

Étude OPTIMUM : essai clinique de phase III

OPTIMUM, soit un essai clinique de phase III multicentrique, à répartition aléatoire et mené à double insu, a été conçu pour permettre l’évaluation de l’efficacité et de l’innocuité du ponésimod comparativement à celles de l’ Aubagio (tériflunomide) . On y a admis 1 100 personnes atteintes de SP cyclique, qui ont reçu quotidiennement soit le ponésimod (20 mg), soit l’Aubagio (14 mg) pendant 24 semaines. Le paramètre d’évaluation principal permettra aux chercheurs d’établir si le ponésimod réduira de façon significative la fréquence annualisée des poussées comparativement à l’Aubagio. Les autres paramètres comprennent le temps écoulé avant l’accumulation confirmée des incapacités, la variation du volume cérébral et le temps écoulé avant la survenue de la première poussée. Les résultats sont attendus en 2019.

Étude POINT : essai clinique de phase III

L’étude POINT est un essai clinique multicentrique de phase III, à répartition aléatoire et à double insu visant à évaluer le bienfait ajouté de la prise du ponésimod chez les personnes traitées par le Tecfidera (diméthylfumarate). Six cents participants seront recrutés pour cette étude. Ceux-ci seront répartis au hasard pour recevoir quotidiennement le ponésimod ou un placebo par voie orale en plus du Tecfidera. Le paramètre d’évaluation principal est la variation de la fréquence annualisée des poussées entre les deux groupes. L’étude permettra également d’évaluer le temps écoulé avant l’accumulation confirmée des incapacités, le temps écoulé avant la première poussée et le nombre moyen de lésions actives combinées. On prévoit que l’essai se terminera en mars 2020.

Effets secondaires signalés

Au cours de l’essai clinique de phase II, les effets secondaires les plus fréquemment signalés étaient l’anxiété, les étourdissements, la difficulté à respirer (dyspnée), l’augmentation du taux d’enzymes hépatiques, l’insomnie et l’enflure de la partie inférieure des jambes (œdème périphérique).

Référence

OLSSON, J. et coll. « Oral ponesimod in relapsing–remitting multiple sclerosis: a randomised phase II trial », J Neurol Neurosurg Psychiatry, 2014; 85(11) : 1198-208.