Contraception

large.jpg

La plupart des femmes qui reçoivent un diagnostic de sclérose en plaques sont en âge de procréer. Certains médicaments utilisés dans le traitement de la SP entraînent un risque accru chez les femmes enceintes ou qui allaitent, car ils pourraient avoir des effets nuisibles chez le fœtus ou le bébé. De plus, certains médicaments visant à soulager les symptômes de SP pourraient réduire l’efficacité de certains types de contraceptifs. Les précautions et les mises en garde sur l’innocuité des médicaments en matière de grossesse et d’allaitement sont énumérées dans la monographie de chaque médicament approuvé par Santé Canada. Il importe de comprendre les interactions possibles entre les médicaments ou les suppléments qui sont pris en même temps. On conseille aux femmes de parler avec leur fournisseur de soins de santé ou leur pharmacien pour bien comprendre les interactions médicamenteuses possibles.

Dispositifs intra-utérins (DIU)

Un dispositif intra-utérin (DIU) est un petit appareil en forme de T qui est placé dans l’utérus pour prévenir la grossesse. Les DIU sont des méthodes contraceptives à long terme et réversibles. Il en existe deux types : les DIU en cuivre, et ceux qui libèrent un progestatif (une hormone, le lévonorgestrel). Les DIU en cuivre peuvent demeurer dans l’utérus pendant environ douze ans, alors que les DIU à base d’hormone doivent être remplacés tous les trois à cinq ans, selon le produit utilisé. Ces deux types de dispositifs doivent être installés par un fournisseur de soins de santé.

Implant contraceptif (non offert au Canada)

L’implant contraceptif est un bâtonnet en plastique souple (environ de la taille d’une allumette) qui est inséré sous la peau du haut du bras.

L’implant libère lentement une dose constante d’une hormone progestative pendant une période pouvant atteindre trois ans. L’implant provoque l’épaississement de la glaire cervicale et l’amincissement de l’endomètre, ce qui empêche les spermatozoïdes d’entrer dans l’utérus.

Contraceptifs hormonaux combinés (CHC)

Les contraceptifs hormonaux combinés (CHC) comprennent les contraceptifs oraux combinés à faible dose, le timbre hormonal et l’anneau vaginal. Comme ces contraceptifs entraînent un risque accru de thromboembolie veineuse (caillot sanguin), les femmes qui présentent des troubles de la mobilité de longue date seraient mieux servies par un autre moyen contraceptif.

Timbre contraceptif hormonal

Le timbre hormonal s’applique sur la peau d’une des régions suivantes : fesse, bas du ventre, haut du bras ou haut du torse. Un nouveau timbre est mis en place chaque semaine pendant trois semaines. Celui-ci libère de l’œstrogène et un progestatif (des hormones) dans la circulation sanguine pour prévenir la grossesse.

Anneau contraceptif hormonal (anneau vaginal)

L’anneau hormonal est un petit anneau en plastique souple qu’on insère soi-même dans le vagin pour fermer le col de l’utérus. Il contient de l’œstrogène ou de la progestérone (des hormones) ou les deux, selon le produit prescrit. L’anneau demeure en place pendant trois semaines consécutives. Les femmes qui présentent une spasticité des membres supérieurs ou une dextérité moindre pourraient trouver que cette méthode contraceptive n’est pas un choix optimal.

Contraceptif injectable (injection contraceptive)

Le contraceptif injectable est un moyen de contraception hautement efficace et réversible qui contient un progestatif, mais pas d’œstrogène. Il est administré par injection intramusculaire quatre fois par année, par un fournisseur de soins de santé. L’injection hormonale empêche les ovaires de libérer un ovule, épaissit la glaire cervicale pour empêcher qu’un spermatozoïde atteigne un ovule et modifie l’endomètre dans l’utérus pour rendre l’implantation de l’ovule fécondé difficile[i]

La majorité des méthodes contraceptives sont sécuritaires pour les femmes atteintes de SP, à l’exception des contraceptifs hormonaux combinés (anneau vaginal, timbre hormonal ou contraceptifs oraux à faible dose) chez les femmes dont la mobilité est réduite, en raison du risque de caillots sanguins, comme cela a été mentionné précédemment.

Open navigation