Société canadienne de la sclérose en plaques

Mavenclad

MAVENCLADMC (cladribine)
Identification numérique de drogue (DIN) : 02470179
EMD Serono est une division de EMD Serono Canada inc.

Le MAVENCLADMC, aussi connu sous le nom de cladribine, est un immunosuppresseur sélectif à prise orale. Il est indiqué en monothérapie pour le traitement des personnes adultes qui sont atteintes de sclérose en plaques cyclique (poussées-rémissions); il vise à réduire la fréquence des poussées cliniques et à retarder l’aggravation de l’invalidité. Le MAVENCLADMC est généralement recommandé aux personnes qui n’ont pas bien répondu aux médicaments de première intention contre la SP ou qui ont eu une réaction d’intolérance à ces derniers. Lors de vastes essais cliniques, ce médicament a permis de réduire le taux de poussées de SP et a contribué à ralentir l’accumulation d’incapacités physiques associées à cette maladie.

Indications et usage clinique

Le MAVENCLADMC est indiqué en monothérapie pour le traitement des personnes adultes qui sont atteintes de sclérose en plaques cyclique (poussées-rémissions); il vise à réduire la fréquence des poussées cliniques et à retarder l’aggravation de l’invalidité. Le MAVENCLADMC est généralement recommandé aux personnes qui n’ont pas bien répondu aux médicaments de première intention contre la SP ou qui ont eu une réaction d’intolérance à ces derniers.

Le traitement par le MAVENCLADMC doit être instauré et surveillé par des neurologues ayant l’expérience du traitement des patients atteints de SP, qui ont pris entièrement connaissance du profil d’efficacité et d’innocuité du MAVENCLADMC et qui sont mesure de discuter des bienfaits et des risques de ce produit avec leurs patients.

Administration et posologie

Le traitement par le MAVENCLADMC se divise en deux phases, sur une période de deux ans. Chaque phase comporte deux semaines de traitement à un mois d’intervalle chacune. Une semaine de traitement consiste en la prise quotidienne de un ou de deux comprimés de 10 mg chacun sur une période de quatre ou de cinq jours. Le médicament peut être pris avec ou sans nourriture. Après la deuxième année de traitement, les personnes traitées par le MAVENCLADMC font l’objet d’un suivi pendant deux autres années. La dose cumulée recommandée pour le MAVENCLADMC est de 3,5 mg/kg de poids corporel sur deux ans (soit 1,75 mg/kg/an).

Mode d’action

Bien qu’on ne connaisse pas encore le mécanisme d’action exact du MAVENCLADMC, on croit qu’il cible de manière sélective certains types de globules blancs, y compris les lymphocytes, et plus particulièrement les lymphocytes T nocifs, et qu’il s’accumule dans ces cellules. Le MAVENCLADMC réduit principalement et temporairement le nombre de lymphocytes B et T, lequel augmente de nouveau par la suite de façon naturelle, sans qu’il n’y ait de suppression continue du système immunitaire. En interférant avec la synthèse de l’ADN au sein des lymphocytes T nocifs, le MAVENCLADMC entraîne une déplétion de ces cellules et atténue ainsi l’inflammation qu’elles provoquent. Étant donné que ce médicament ne cible pas d’autres cellules saines que les cellules sanguines (ce qui s’explique par le fait qu’il est facilement éliminé par toutes les cellules saines, à l’exception des cellules sanguines), il entraîne relativement peu d’effets indésirables.

Effets indésirables*

Effets indésirables fréquents : nausées, maux de tête, herpès labial (feux sauvages), éruption cutanée, perte de cheveux, fièvre, douleurs abdominales, maux de dents, grippe et symptômes pseudogrippaux, symptômes du rhume, bronchite ou infections pulmonaires, troubles gastro-intestinaux (diarrhée, vomissements, douleurs abdominales), maux de dos, anxiété, infection vaginale.

Effets indésirables graves : réduction du nombre de certains types de globules blancs, zona.

Effet indésirable grave rare : tuberculose (se manifeste par une toux persistante, de la fièvre et une perte de poids).

Cette liste d’effets indésirables du MAVENCLADMC est partielle. Veuillez consulter la monographie de produit du MAVENCLADMC pour connaître les effets indésirables potentiellement graves de ce médicament. Il importe que les personnes atteintes de SP discutent avec leur médecin des effets indésirables de tout médicament qu’elles envisagent de prendre (*Santé Canada, monographie de produit du MAVENCLADMC).

Essais cliniques

Un essai clinique de phase III (étude CLARITY) a permis d’évaluer l’efficacité et l’innocuité de la cladribine administrée par voie orale chez 1 326 participants atteints de SP cyclique. Plus précisément, les auteurs de cet essai à double insu et à répartition aléatoire avaient pour but de comparer les effets de deux doses de cladribine (3,5 mg/kg et 5,25 mg/kg) à ceux d’un traitement inactif (placebo). Les participants ont été suivis pendant une période maximale de deux ans. Le traitement par la cladribine à faible dose a entraîné une réduction de 58 % de la fréquence annuelle des poussées comparativement au placebo, et le traitement à forte dose a été associé à une réduction de 55 % de ce paramètre par rapport au placebo. En outre, on a observé une diminution du risque de progression soutenue des incapacités sur trois mois et du nombre de lésions cérébrales mises en évidence par les examens d’imagerie chez les participants qui ont reçu la cladribine.

Suivant l’étude Clarity, une étude de prolongation de phase III de 96 semaines a été réalisée. Il s’agissait d’un essai comparatif avec placebo auquel ont pris part 806 participants, qui ont reçu soit un placebo, soit une dose cumulée de 3,5 mg/kg de cladribine (les chercheurs ont eu recours à la même posologie de cladribine que celle qui avait été utilisée lors de l’étude CLARITY). L’objectif principal de cette étude était d’évaluer l’innocuité de la cladribine; les paramètres d’évaluation de l’efficacité n’étaient, quant à eux, qu’exploratoires. Les résultats obtenus quant à l’innocuité de la cladribine ont concordé avec le profil d’innocuité établi lors de l’étude CLARITY.

Remboursement du coût

Le MAVENCLADMC fait actuellement l’objet d’une évaluation par l’Agence canadienne des médicaments et des technologies de la santé (ACMTS), dans le cadre du Programme commun d’évaluation des médicaments (PCEM). L’ACMTS formulera ses recommandations en vue du remboursement de ce médicament en vertu des régimes d’assurance-médicaments provinciaux du Canada (à l’exception de celui du Québec). L’Institut national d’excellence en santé et en services sociaux (INESSS) procède lui-même à l’évaluation des médicaments pour le Québec, indépendamment du PCEM.

Programme d’information sur le médicament

advevaMC
1 888 677-3243
Heures de service : jour et nuit, tous les jours de la semaine
Courriel : adveva_canada@emdserono.com
Site Web :adveva.ca(selon la disponibilité du personnel infirmier)

Références

1. GIOVANNONI, G. et coll. « A placebo-controlled trial of oral cladribine for relapsing multiple sclerosis », NEJM 2010;362(5):416-26.

2. HARTUNG, H. P. et coll. « Development of oral cladribine for the treatment of multiple sclerosis », J Neurol, 2010;257(2):163-170.

3. PAKPOOR, J. et coll. « No evidence for higher risk of cancer in patients with multiple sclerosis taking cladribine », Neurol Neuroimmunol Neuroinflamm, 2015;2:e158.

MAVENCLADMC et advevaMC sont des marques déposées. Tous droits réservés.