Société canadienne de la sclérose en plaques

Ocrevus

OcrevusMC (ocrélizumab)
Numéro d’identification du médicament : 02467224
Hoffmann-La Roche Ltée

L’Ocrevus est un anticorps monoclonal qui cible la protéine CD20 exprimée à la surface des lymphocytes B (type de globules blancs), également appelés « cellules B ». L’utilisation de l’Ocrevus est réservée aux personnes adultes atteintes de SP cyclique (poussées-rémissions).

Indications et usage clinique

L’utilisation de l’Ocrevus est réservée aux personnes adultes atteintes de SP cyclique (poussées-rémissions) chez qui les examens cliniques et les résultats d’imagerie montrent des signes d’activité de la maladie.

L’Ocrevus est contre-indiqué chez les personnes qui présentent une infection active par le virus de l’hépatite B ou qui ont eu une réaction potentiellement mortelle liée à l’administration de l’Ocrevus par perfusion.

Administration et posologie

La première dose consiste en deux perfusions intraveineuses de 300 mg effectuées à deux semaines d’intervalle. Les doses subséquentes sont administrées à raison d’une perfusion intraveineuse unique de 600 mg tous les 6 mois.

Mode d’action

L’Ocrevus est un anticorps monoclonal qui cible la protéine CD20 exprimée à la surface des lymphocytes B (type de globules blancs), également appelés « cellules B ». Dans le contexte de la SP, on dit de l’ocrélizumab qu’il agit comme immunomodulateur étant donné qu’il cible les lymphocytes B potentiellement nocifs et provoque la destruction de ces cellules.

Effets indésirables*

Les effets indésirables de l’Ocrevus les plus fréquemment signalés sont les suivants : réactions liées à la perfusion (démangeaison de la peau, éruption cutanée, urticaire, rougeur de la peau, bouffées de chaleur, hypotension artérielle, fièvre, lassitude, étourdissements, maux de tête, irritation de la gorge ou maux de gorge, essoufflement, enflure de la gorge, malaises ou nausée, rythme cardiaque rapide) et risque accru d’infections (infections des voies respiratoires supérieures ou des voies respiratoires inférieures, rhume, gastroentérite, infections causées par le virus de l’herpès ou d’autres agents viraux, conjonctivite).

L’Ocrevus a également été associé aux effets indésirables graves suivants : réactivation du virus de l’hépatite B (VHB), dépression, intention de s’en prendre à soi-même ou idées suicidaires, leucoencéphalopathie multifocale progressive (LEMP), allergie grave, réactions cutanées d’importance (rougeur étendue de la peau ou formation importante de cloques sur la peau ou dans la bouche) et risque accru de certains types de tumeurs malignes.

Cette liste d’effets indésirables de l’Ocrevus est partielle. Veuillez consulter la monographie de produit pour connaître les effets indésirables potentiellement graves de ce médicament. Il importe que les personnes atteintes de SP discutent avec leur médecin des effets indésirables de tout médicament qu’elles envisagent de prendre. (*Santé Canada, monographie de l’Ocrevus.)

Essais cliniques

L’Ocrevus a fait l’objet d’un essai clinique de phase II mené par le Dr Ludwig Kappos et ses collaborateurs auprès de personnes atteintes de SP cyclique sur une période de 24 semaines. Les participants à cette étude ont reçu un placebo, de l’ocrélizumab à faible dose (600 mg) ou à forte dose (2 000 mg), ou de l’interféron bêta-1a (médicament dont l’emploi a été approuvé pour le traitement de la SP). Après 24 semaines, le nombre de lésions cérébrales évolutives avait diminué dans les deux groupes traités par l’ocrélizumab par rapport au groupe placebo (réduction de 89 % dans le groupe ayant reçu l’ocrélizumab à faible dose et de 96 % dans le groupe traité par l’ocrélizumab à forte dose). De plus, les deux doses d’ocrélizumab se sont révélées plus efficaces que l’interféron bêta-1a pour réduire les lésions cérébrales évolutives. Le taux annualisé de poussées sur 24 semaines était de 80 % plus faible dans le groupe ayant reçu l’ocrélizumab à faible dose et de 73 % plus faible dans le groupe traité par l’ocrélizumab à forte dose que dans le groupe placebo. Il est également ressorti de cette étude que les deux doses d’ocrélizumab avaient ralenti efficacement l’évolutivité de la SP selon des paramètres cliniques et paracliniques (IRM).

Deux essais cliniques de phase III baptisés OPERA I et OPERA II ont été l’occasion pour une équipe de chercheurs dirigée par le Dr Stephen Hauser de comparer les effets de l’ocrélizumab (600 mg administrés toutes les 24 semaines) à ceux d’un médicament modificateur de la SP déjà homologué, soit l’interféron bêta 1b (44 µg administrés trois fois par semaine) durant 96 semaines. Selon les résultats obtenus auprès des 1 656 participants aux deux essais, l’ocrélizumab a réduit de façon significative le taux annualisé de poussées comparativement à l’interféron bêta 1a au bout de deux ans, remplissant ainsi le principal critère d’évaluation des chercheurs. Selon des critères d’évaluation secondaires, les chercheurs ont également constaté que l’ocrélizumab avait retardé la progression des incapacités sur une période de 24 semaines et réduit le nombre de lésions causées par la SP.

Remboursement du coût

L’Ocrevus fait actuellement l’objet d’une évaluation par l’Agence canadienne des médicaments et des technologies de la santé (ACMTS), dans le cadre du Programme commun d’évaluation des médicaments (PCEM). L’ACMTS formulera ses recommandations en vue du remboursement de ce médicament en vertu des régimes d’assurance-médicaments provinciaux du Canada (à l’exception de celui du Québec). L’Institut national d’excellence en santé et en services sociaux (INESSS) procède lui-même à l’évaluation des médicaments pour le Québec, indépendamment du PCEM.

Programme d’information sur le médicament

COMPASSMC
1 888 334 5956
Heures de service : du lundi au vendredi, de 8 h à 20 h (HE)

Références

KAPPOS, L. et coll. « Ocrelizumab in relapsing-remitting multiple sclerosis: a phase 2, randomised, placebo-controlled, multicentre trial », Lancet, 2011, 378 1779-87.

HAUSER, S. et coll. « Ocrelizumab versus Interferon Beta-1a in Relapsing Multiple Sclerosis », N Engl J Med, 2017, 376 221-34.

OcrevusMC et COMPASSMC sont des marques de commerce de Hoffmann-La Roche Ltée.