Société canadienne de la sclérose en plaques

Tysabri

TysabriMD (natalizumab)
Numéro d’identification du médicament : 02286386
Biogen Canada

Tysabri est un type de protéine appelé « anticorps monoclonal », obtenu à partir de cellules de mammifères, au moyen de techniques de recombinaison de l’ADN (série de procédés utilisés pour réunir des segments d’ADN). Tysabri est le premier agent d’une classe de médicaments appelés « inhibiteurs sélectifs des molécules d’adhésion ».

Indications et usage clinique

Tysabri est indiqué en monothérapie pour le traitement de la forme cyclique (poussées-rémissions) de la SP, dans le but de diminuer la fréquence des poussées de SP, de freiner la progression de la maladie et de réduire le nombre et le volume des lésions cérébrales mises en évidence par l’imagerie par résonance magnétique (IRM). Il est généralement recommandé pour les personnes atteintes de SP qui ne répondent pas bien aux autres traitements modificateurs de l’évolution de la SP ou qui ne les tolèrent pas.

Tysabri n’a pas été approuvé pour le traitement des personnes qui ont présenté un syndrome clinique isolé (SCI) ou qui sont atteintes d’une forme progressive de SP. Si vous souhaitez en savoir plus sur les options thérapeutiques approuvées pour le SCI et les traitements contre la SP progressive, informez-vous auprès de votre médecin ou de la Société canadienne de la SP, au 1 800 268‑7582.

Administration et posologie

Tysabri est administré par perfusion intraveineuse (injection lente et continue dans une veine) par un professionnel de la santé dans un centre de perfusion. La dose de Tysabri recommandée est de 300 mg toutes les quatre semaines.

Mode d’action

Chez les personnes atteintes de SP, les cellules T, qui sont responsables de l’inflammation, adhèrent à la barrière hémato-encéphalique à l’aide de « molécules d’adhérence », soit les intégrines alpha‑4, pour entrer dans le système nerveux central. Tysabri se lie aux intégrines alpha‑4 et empêche ainsi les cellules T de pénétrer dans le système nerveux central, où celles-ci participent à la réaction inflammatoire et s’attaquent à la myéline.

Effets indésirables*

Les effets indésirables les plus fréquents de Tysabri sont les suivants : infection urinaire (vessie), irritation de la gorge et écoulement nasal ou congestion nasale, frissons, éruption cutanée irritante (urticaire), maux de tête, étourdissements, nausée, vomissements, douleur articulaire, fièvre et fatigue. Parmi les effets indésirables moins fréquents figurent l’anémie, la toux, les crampes musculaires et la dépression.

Le traitement par Tysabri (natalizumab) a été associé à l’accroissement du risque de leucoencéphalopathie multifocale progressive (LEMP), maladie potentiellement invalidante ou fatale. Les professionnels de la santé doivent suivre de près les personnes traitées par Tysabri afin de déceler tout signe ou symptôme évocateur de la LEMP. Le cas échéant, le traitement doit être cessé immédiatement.

Risque de LEMP

Les trois facteurs suivants sont connus pour accroître le risque de LEMP chez les personnes traitées par Tysabri : présence d’anticorps contre le virus JC (JCV), durée de traitement prolongée (surtout au-delà de 24 mois) et traitement immunosuppresseur administré antérieurement (le risque accru de LEMP serait alors indépendant de la durée du traitement par Tysabri). La combinaison de ces trois facteurs entraîne le risque de LEMP le plus élevé. Il convient donc de prendre soigneusement en considération les risques et les bienfaits de la poursuite du traitement par Tysabri dans les cas où ces trois facteurs sont réunis.

Cette liste d’effets indésirables du Tysabri est partielle. Veuillez consulter la monographie de produit du Tysabri pour connaître les effets indésirables potentiellement graves de ce médicament. Il importe que les personnes atteintes de SP discutent avec leur médecin des effets indésirables de tout médicament qu’elles envisagent de prendre (*Santé Canada, monographie de produit du Tysabri).

Anticorps neutralisants

Chez certaines personnes traitées par Tysabri, il y a production d’anticorps neutralisants. L’augmentation du nombre d’anticorps dirigés contre Tysabri a été associée à une diminution de l’efficacité du traitement et à une augmentation du risque de réactions d’hypersensibilité et (ou) de réactions liées à la perfusion (frissons, nausées/vomissements et bouffées vasomotrices). Il convient d’effectuer des tests de dépistage d’anticorps, si on soupçonne la présence d’anticorps neutralisants. Ce phénomène peut être passager, mais s’il persiste, il faut envisager de cesser le traitement par Tysabri.

Essais cliniques

Essais cliniques sur la SP cyclique (poussées-rémissions)

Étude AFFIRM : Natalizumab Safety and Efficacy in Relapsing Remitting Multiple Sclerosis (Innocuité et efficacité du natalizumab chez les personnes présentant une forme cyclique de SP)

Dans le cadre de cet essai, 942 personnes présentant une forme cyclique (poussées rémissions) de SP ont été traitées par Tysabri ou ont pris un placebo (substance inactive), pendant plus de trois ans. D’après les résultats de l’essai, Tysabri a permis de réduire le risque d’une progression soutenue de l’incapacité. Il a aussi réduit de 68 % la fréquence annuelle des poussées, comparativement au placebo, ainsi que le nombre de lésions cérébrales mises en évidence par l’IRM1.

Étude SENTINEL : Safety and Efficacy of Natalizumab in Combination with Interferon Beta-1a in Patients with Relapsing Remitting Multiple Sclerosis (Innocuité et efficacité du natalizumab administré en association avec l’interféron bêta-1a chez les personnes présentant une forme cyclique de SP).

Les auteurs de cette étude avaient pour objectif d’évaluer l’innocuité d’un traitement associant Tysabri et Avonex ainsi que l’efficacité de ce traitement par rapport à celle d’Avonex utilisé en monothérapie, chez des personnes qui continuaient d’avoir des poussées malgré la prise d’Avonex. En tout, 1171 personnes traitées par Avonex ont reçu soit Tysabri, soit un placebo par perfusion intraveineuse pendant une période pouvant aller jusqu’à 120 semaines. On a mis fin à l’étude un mois avant la date prévue, après que deux cas de LEMP ont été signalés. À la fin de la première et de la deuxième année de traitement, l’association Tysabri/Avonex avait réduit la fréquence annuelle des poussées de 54 %, comparativement à Avonex administré seul. Après deux ans de traitement, le risque de progression de la SP avait diminué chez les sujets qui prenaient le traitement d’association. Ce dernier a également réduit le nombre de lésions cérébrales mises en évidence par l’IRM, comparativement à Avonex utilisé en monothérapie2.

Remboursement du coût

Le coût de traitement par Tysabri s’élève à environ 40 000 $ par année. Une partie du médicament peut être remboursée aux personnes qui répondent aux critères de prescription, et ce, en vertu de régimes d’assurance privée ou collective. Il est possible d’obtenir une aide financière dans le cadre du programme Biogen ONEmc, au 1 855‑MSONE-00 ou au 1 855 676‑6300. L’aide financière accordée relativement au coût de Tysabri varie selon les provinces et les assureurs privés. Pour obtenir de plus amples renseignements sur le remboursement de ce médicament, veuillez communiquer avec la Société de la SP au 1 800 268-7582.

Programme d’information sur le médicament

Les personnes atteintes de SP peuvent communiquer avec les services de soutien de Biogen en composant le 1 855 MSONE-00 ou le 1 855 676‑6300.

Références

1. POLMAN, C. H., P. W. O’CONNOR, E. HAVRDOVA et coll. « A randomized, placebo-controlled trial of natalizumab for relapsing multiple sclerosis », N Engl J Med, vol. 354, 2006, p. 899-910.

2. RUDICK, R. A., W. H. STUART, P.A. CALABRESI et coll. « Natalizumab plus interferon beta-1a for relapsing multiple sclerosis », N Engl J Med, vol. 354, 2006, p. 911-923.

TysabriMD est une marque déposée de Biogen Canada Inc. et Elan Pharmaceuticals.