Société canadienne de la sclérose en plaques

Nouvelles

La Société canadienne de la SP investit un million de dollars dans la recherche axée sur l’étude de la progression de la sclérose en plaques

  • Communiqués de presse

Une nouvelle étude vise l’approfondissement des connaissances relatives aux facteurs sous‑jacents à la progression de la sclérose en plaques

Toronto, Ontario, le 11 juin 2019 – La Société canadienne de la sclérose en plaques (Société de la SP) a annoncé aujourd’hui un investissement de un million de dollars destiné à financer des travaux de recherche visant à permettre une meilleure compréhension des facteurs sous-jacents à la progression de la sclérose en plaques. L’étude ainsi subventionnée – intitulée « Unravelling immune cell – Microglial interactions in Progressive MS » (exploration des interactions entre les cellules immunitaires et la microglie dans le contexte de la SP progressive) – sera dirigée par Mme Jennifer Gommerman, Ph. D., de l’Université de Toronto, et pourrait mener à la découverte de nouvelles options thérapeutiques contre la SP progressive.

En étudiant les facteurs moléculaires qui sous-tendent la progression de la SP, Mme Gommerman et ses collaborateurs espèrent trouver les raisons pour lesquelles la plupart des gens atteints de SP cyclique (poussées-rémissions) voient leur état évoluer, à un moment donné, vers la SP progressive secondaire (SPPS). Les chercheurs tenteront aussi de comprendre pourquoi les médicaments modificateurs de l’évolution de la SP (MMÉSP) dont on dispose actuellement s’avèrent inefficaces contre la SPPS.

La SP cyclique se caractérise par des poussées imprévisibles qui entraînent l’apparition de nouveaux symptômes ou l’aggravation de symptômes existants et qui sont suivies d’une rémission complète ou partielle. La SPPS constitue le deuxième stade de la maladie – stade marqué par une aggravation progressive des symptômes de SP.

« L’étude de Mme Gommerman constitue une étape importante relativement à la compréhension des facteurs moléculaires impliqués dans la progression de la SP et à la découverte de nouvelles façons de prendre en charge et de stopper cette affection », indique Mme Pamela Valentine, Ph. D., présidente et chef de la direction de la Société canadienne de la SP. « Compte tenu des zones d’ombre que présente la progression de la SP et du nombre limité d’options thérapeutiques actuellement offertes en matière de prise en charge de la SPPS, les résultats de cette étude pourraient changer la donne pour les personnes vivant avec la SP. »

Il existe actuellement quatorze MMÉSP pour le traitement de la SP cyclique. Toutefois, l’efficacité de ces derniers dans la prise en charge de la SPPS s’est avérée limitée du fait que les facteurs qui sous-tendent la progression de la SP demeurent inconnus. Mme Gommerman et son équipe croient qu’un lien entre le système immunitaire et le système nerveux central (SNC) serait à l’origine de la progression de cette maladie. C’est sur la base de cette hypothèse que les chercheurs s’emploieront à cerner les cellules immunitaires présentes dans le SNC et à observer les interactions entre ces dernières et les cellules du SNC. Ils compareront des échantillons de tissu cérébral prélevés auprès de personnes atteintes de SPPS ou d’une autre affection inflammatoire afin de déceler des caractéristiques uniques, propres à la SPPS.

« Les chercheurs n’ont pas encore élucidé le processus que constitue l’évolution de la SP », ajoute Mme Gommerman. « Grâce à la subvention de la Société de la SP, mes collaborateurs et moi avons bon espoir de contribuer à l’élargissement des connaissances sur les cellules immunitaires présentes dans le cerveau et les sous-produits de ces dernières. Il importe que nous puissions cerner les facteurs qui contribuent à l’évolution de la SP de sorte que puissent être élaborés des traitements pouvant ralentir, voire stopper, la progression de la maladie dans le contexte de la SPPS. »

Pour en savoir plus au sujet de l’étude de Mme Gommerman, visitez le scleroseenplaques.ca.

– 30 –

À propos de la sclérose en plaques et de la Société canadienne de la SP

Notre pays affiche l’un des taux de sclérose en plaques les plus élevés du monde, et, chaque jour, onze Canadiens apprennent qu’ils ont la SP. Cette maladie chronique souvent invalidante cible le système nerveux central, lequel comprend le cerveau, la moelle épinière et les nerfs optiques. Elle se manifeste généralement chez des personnes âgées de 20 à 49 ans, qui en subiront les effets imprévisibles toute leur vie. La Société de la SP offre des programmes et des services aux personnes atteintes de SP et à leur famille, et elle se porte à la défense de leurs droits. Elle finance de plus la recherche visant à améliorer la qualité de vie des gens atteints de SP, voire à guérir toutes les formes de cette maladie. Pour faire un don à la Société de la SP ou pour obtenir de plus amples renseignements, rendez-vous à scleroseenplaques.ca ou composez le 1 800 268‑7582. Dialoguez en ligne avec la collectivité de la SP. Retrouvez la Société de la SP sur Twitter et Instagram ou abonnez-vous à sa page Facebook.

Personne-ressource :
Jennifer Asselin
Société canadienne de la SP
1 800 268-7582, poste 3144
jennifer.asselin@scleroseenplaques.ca

Open navigation