Nouvelles

La Société de la SP investit dans la recherche sur le recours au cannabis

  • Annonces

Toronto, Ontario, le 21 mars 2019 – La Société canadienne de la sclérose en plaques a annoncé aujourd’hui la conclusion d’un partenariat avec les Instituts de recherche en santé du Canada (IRSC) en vue d’un investissement de 1,5 million de dollars dans la recherche axée sur le cannabis utilisé dans le contexte de la SP. Cet apport financier vise à soutenir la recherche portant sur le recours au cannabis dans la prise en charge des symptômes associés à la SP et sur les effets que ce produit pourrait avoir sur cette maladie.

« La Société de la SP est heureuse de prendre part à cette initiative de financement, qui est la première du genre », explique Pamela Valentine, Ph. D., présidente et chef de la direction de la Société canadienne de la SP. « Le mandat de notre organisme consiste notamment à fournir de l’information avérée par les faits. Or, le cannabis demeure une substance relativement peu connue du point de vue de la recherche fondée sur des données probantes. Par conséquent, le financement de travaux de recherche sur l’utilisation du cannabis constitue une première étape qu’il importe de franchir afin de déterminer la pertinence et l’efficacité du recours à cette substance dans la prise en charge de la SP. »

Le partenariat en question fait partie intégrante de l’initiative baptisée Stratégie de recherche intégrée sur le cannabis (SRIC), à laquelle collaborent l’Institut du cancer (IC), l’Institut de la santé circulatoire et respiratoire (ISCR), l’Institut du développement et de la santé des enfants et des adolescents (IDSEA), l’Institut de la santé des Autochtones (ISA), l’Institut de l’appareil locomoteur et de l’arthrite (IALA), et l’Institut des neurosciences, de la santé mentale et des toxicomanies (INSMT) – de concert avec la Société d’arthrite, la Société canadienne du cancer, la Société canadienne de la SP et la Commission de la santé mentale du Canada (CSMC).

L’investissement de 1,5 million de dollars s’échelonnera sur une période de cinq ans et contribuera à l’accélération du rythme de la recherche en santé sur le cannabis en lien avec la SP. Les travaux et les études que cet investissement permettra de financer relèveront de la science fondamentale ou de la recherche clinique ou encore de la recherche axée sur les services de santé ou les politiques sanitaires.

Il existe de nombreuses zones d’ombre en ce qui a trait aux effets du cannabis sur la santé et au degré d’innocuité de ce dernier, ainsi qu’aux implications de la légalisation de cette substance sur les plans comportemental, social, éthique et économique. Par ailleurs, on a souligné dans plusieurs rapports la nécessité d’accumuler davantage de données probantes qui guideront les efforts à déployer en matière de politique, de pratique thérapeutique et de prévention et qui permettront de cerner les risques liés au cannabis et les effets néfastes de celui-ci. Du fait que le cannabis constituait une substance illicite au Canada, la recherche qui lui a été consacrée jusqu’à présent dans notre pays a fait l’objet d’investissements limités. Or, la légalisation du cannabis à des fins non médicales intervenue en octobre 2018 a non seulement accru la nécessité de disposer de données probantes sur cette substance, mais a également ouvert la voie à l’intensification de la recherche sur le sujet, offrant ainsi au Canada une occasion unique de devenir un chef de file mondial de la recherche sur le cannabis.

Les chercheurs intéressés par les possibilités de financement liées au partenariat susmentionné ont jusqu’au 15 mai 2019 pour déposer leur lettre d’intention. Pour en savoir plus à ce sujet, rendez-vous à recherchenet.ca.

-30-

À propos de la sclérose en plaques et de la Société canadienne de la SP

Notre pays affiche l’un des taux de sclérose en plaques les plus élevés du monde, et, chaque jour, onze Canadiens apprennent qu’ils ont la SP. Cette maladie chronique souvent invalidante cible le système nerveux central, qui comprend le cerveau, la moelle épinière et les nerfs optiques. Elle se manifeste généralement chez des personnes âgées de 20 à 49 ans, qui en subiront les effets imprévisibles toute leur vie. La Société de la SP offre des programmes et des services aux personnes atteintes de SP et à leur famille, et elle se porte à la défense de leurs droits. Elle finance de plus la recherche visant à améliorer la qualité de vie des gens atteints de SP, voire à guérir cette maladie. Pour faire un don à la Société de la SP ou pour obtenir de plus amples renseignements, rendez-vous à scleroseenplaques.ca ou composez le 1 800 268-7582. Dialoguez en ligne en vous joignant à la collectivité de la SP. Retrouvez la Société de la SP sur Twitter et Instagram ou abonnez-vous à sa page Facebook.

PERSONNE-RESSOURCE :

Jennifer Asselin
Société canadienne de la SP
Jennifer.Asselin@scleroseenplaques.ca
1 800 268-7582, poste 3144

Open navigation