Société canadienne de la sclérose en plaques

Nouvelles

LES CANADIENS SONT INVITÉS À PASSER À L'ACTION À PROPOS DE LA SP

  • Communiqués de presse

La Société canadienne de la sclérose en plaques mène une campagne dont l’objectif est d’informer les candidats à l’élection fédérale sur les priorités qui revêtent une importance cruciale pour les membres de la collectivité de la SP

Une élection constitue une occasion importante de se mobiliser. Alors que les Canadiens s’apprêtent à vivre les 26 prochains jours au rythme de la campagne électorale, la Société canadienne de la SP les invite à se joindre au mouvement #prioriteSP dans le cadre d’une campagne d’envoi de lettres et de publication de messages sur les réseaux sociaux, destinée à informer les candidats à l’élection fédérale de tous les partis et de toutes les circonscriptions. L’objectif est de sensibiliser les candidats aux défis et aux préoccupations des gens de notre pays qui vivent avec la SP ou qui sont touchés par cette maladie.

« Tout au long de la campagne, la Société canadienne de la SP défendra les droits et les intérêts de la collectivité de la SP, tout simplement », explique Pamela Valentine, présidente et chef de la direction de la Société canadienne de la SP. « Nous avons tous des préoccupations en ce qui concerne la fiscalité, les soins de santé et l’environnement. Toutefois, les personnes touchées par la SP et la Société de la SP souhaitent porter à l’attention des candidats des préoccupations particulières au chapitre du revenu, de l’emploi, de l’accès aux traitements et de la recherche sur la santé. »

Le Canada a l’un des taux de SP les plus élevés du monde : selon les estimations, 1 personne sur 400 vit avec la sclérose en plaques dans notre pays et, chaque jour, 12 Canadiens apprennent qu’ils ont la SP. Cette maladie est généralement diagnostiquée chez des personnes âgées de 20 à 49 ans — c’est dans ce groupe d’âge que sont recensés 60 p. 100 des cas de SP au Canada —, mais elle peut également faire son apparition chez de jeunes enfants ou des gens âgés. La SP a des répercussions sur tous les Canadiens : elle touche non seulement les personnes qui vivent avec cette maladie, mais également leur famille, leurs amis et les membres de leur collectivité.

La Société de la SP invite l’ensemble des candidats à se pencher sur quatre priorités clés pour les Canadiens touchés par la SP :

  • Prestations de maladie de l’assurance-emploi (AE) — Plus de 60 p. 100 des gens qui ont la SP se retrouvent tôt ou tard sans emploi et, pourtant, le système d’assurance-chômage de notre pays n’a pratiquement pas été modifié depuis les années 1970. Il importe donc que le gouvernement fédéral continue d’actualiser le programme de prestations de maladie de l’AE en réduisant de 600 à 400 le nombre d’heures nécessaires pour être admissible aux prestations, en supprimant la période de carence d’une semaine applicable aux prestations de l’AE, ainsi qu’en éliminant les taux de récupération des prestations dans les dispositions relatives au travail pendant une période de prestations de l’AE.

  • Prestation canadienne pour les personnes handicapéesLe coût des traitements médicamenteux ou autres, des services et des appareils médicaux dont ont besoin les personnes atteintes de SP peut constituer un fardeau considérable pour ces dernières et leur famille. De plus, comme les personnes qui présentent des incapacités sont plus susceptibles de disposer d’un revenu moindre par rapport au reste de la population, il est indéniablement urgent de mettre en place des mesures qui permettront à tous ces gens de bénéficier d’un soutien financier amélioré. Le gouvernement fédéral doit instaurer la Prestation canadienne pour les personnes handicapées de sorte que les gens qui vivent avec des incapacités – y compris celles qui sont aux prises avec des incapacités épisodiques, dont la définition figure dans la Loi canadienne sur l’accessibilité – bénéficient d’un versement direct de prestations.

  • Accès aux traitements, aux soins et à l’hébergement Trop de Canadiens atteints de SP ne bénéficient pas d’un accès adéquat aux traitements qui leur sont essentiels, à des soins appropriés, ni à des solutions accessibles et abordables au chapitre de l’hébergement. Nous devons accélérer le rythme des réformes des politiques relatives à l’industrie pharmaceutique et aux médicaments (Conseil d’examen du prix des médicaments brevetés, régime d’assurance-médicaments national, agence nationale compétente en matière de médicament) et assurer la prise en compte de points de vue axés sur les patients pour garantir aux Canadiens atteints de SP un accès rapide, équitable et abordable aux traitements dont ils ont besoin. Nous devons également mettre en œuvre une approche adaptée à l’âge en matière de soins de santé et d’hébergement dans un contexte de reprise post-pandémique, notamment en ce qui concerne les adultes de moins de 65 ans atteints d’incapacités.

  • Priorité à la recherche sur la SP — La recherche revêt une importance primordiale. Au cours des deux dernières décennies, les progrès réalisés dans le domaine de la recherche sur la SP ont indéniablement contribué à l’amélioration de la qualité de vie des gens atteints de cette maladie. Cependant, cet essor pourrait être miné en raison de l’impact de la pandémie de COVID-19 sur notre capacité à financer la recherche consacrée à la SP. Le Canada devrait affecter des fonds essentiels à la recherche sur la santé en partenariat avec des organismes de bienfaisance du domaine de la santé, investir dans la recherche fondamentale, et communiquer avec les organismes de bienfaisance axés sur la santé pour assurer la prise en compte de l’avis et du vécu des personnes atteintes d’une maladie.

« Il est essentiel que les élus de notre pays connaissent la réalité des personnes qui vivent avec une maladie épisodique telle que la SP », affirme Kim Wilson, membre du conseil d’administration de la Société canadienne de la SP. « La collectivité de la SP peut avoir diverses priorités, mais il y a un message que nous tenons à faire parvenir aux candidats de nos circonscriptions : passez à l’action pour faire de la SP une priorité. Nous invitons également tous les Canadiens à agir, eux aussi, au profit des gens touchés par la SP en se rendant aux urnes le jour de l’élection. »

Les Canadiens désireux de prendre part à la campagne #prioriteSP peuvent commencer à passer à l’action en visitant le prioritesp.ca.

À propos de la sclérose en plaques et de la Société canadienne de la SP

Le Canada affiche l’un des taux de sclérose en plaques les plus élevés du monde. Chaque jour, en moyenne, douze personnes de notre pays reçoivent un diagnostic de SP. La sclérose en plaques est une maladie auto-immune chronique ciblant le système nerveux central (cerveau, moelle épinière et nerfs optiques). On la considère comme une maladie épisodique, c’est-à-dire qu’elle se caractérise par la survenue de troubles invalidants dont la gravité et la durée varient et qui sont souvent suivis par des phases de rémission. Elle se manifeste généralement chez des personnes âgées de 20 à 49 ans, qui en subiront les effets imprévisibles toute leur vie. La Société de la SP procure du soutien et de l’information aux personnes qui ont la SP ou qui sont touchées par cette maladie et elle défend les droits et les intérêts de ces gens. Elle subventionne par ailleurs la recherche sur la cause et le remède de la SP en vue de nous rapprocher d’un monde sans SP. Pour obtenir plus d’information sur la sclérose en plaques ou sur la Société de la SP, pour vous impliquer auprès de notre organisme ou pour faire un don afin de soutenir les personnes de notre pays atteintes de SP et leurs proches, rendez-vous à scleroseenplaques.ca ou composez le 1 800 268-7582.


Dialoguez en ligne en vous joignant à la collectivité de la SP. Retrouvez la Société de la SP sur Twitter, Instagram ou Facebook.

— 30 —

PERSONNE-RESSOURCE

Kristin Harold
Société canadienne de la SP
Téléphone : 613-900-6941
Courriel : kristin.harold@mssociety.ca

Open navigation