Nouvelles

Un supplément d’usage courant est à l’étude en tant qu’option thérapeutique potentielle pour les personnes atteintes de SP progressive

  • Annonces

Le 27 juin 2019 – Un essai pilote mené sur l’acide lipoïque – antioxydant naturel – a donné des résultats prometteurs quant à la capacité de cette substance de contribuer au maintien de la vitesse de la marche et à la prévention de l’atrophie cérébrale dans le contexte de la sclérose en plaques (SP).

Dans le cadre d’études de validation de concept, des chercheurs du Veteran Affairs Medical Center de Portland ont découvert, grâce à l’imagerie par résonance magnétique (IRM), que l’acide lipoïque avait un effet bénéfique indéniable au chapitre de la réduction de l’atrophie cérébrale et semblait contribuer au maintien de la vitesse de la marche chez des personnes atteintes d’une forme progressive secondaire de SP. Au cours de l’essai en question, 51 personnes ont reçu quotidiennement 1 200 mg d’acide lipoïque ou un placebo (médicament factice) par voie orale durant deux ans. À l’issue de cet essai, les chercheurs ont constaté une diminution du taux d’atrophie cérébrale de 68 p. 100 chez les participants à qui l’acide lipoïque avait été administré, comparativement aux personnes ayant reçu le placebo.

La Société canadienne de la SP s’associe à la National MS Society (organisme états-unien de la SP) en vue de financer un essai clinique de plus grande envergure qui permettra d’en savoir plus sur l’efficacité de l’acide lipoïque dans le contexte des formes primaire et secondaire de SP progressive. Dirigé par la Dre Rebecca Spain, ce nouvel essai clinique sera mené dans divers centres de recherche situés en Amérique du Nord auprès de 118 personnes atteintes de SP progressive.

« L’acide lipoïque est un antioxydant puissant naturellement présent dans notre organisme. Il peut également être pris sous forme de supplément oral », explique la Dre Spain, chercheuse et clinicienne du Veteran Affairs Medical Center de Portland et de l’Oregon Health & Science University. « Le fait que cette substance puisse agir de façon efficace contre la SP progressive changerait complètement la donne dans la vie des gens aux prises avec la SP progressive, pour laquelle il existe actuellement très peu d’options thérapeutiques. »

La SP progressive peut mener à de graves incapacités et a un impact considérable sur la qualité de vie, et sa prise en charge nécessite le recours à d’importantes ressources en matière de soins de santé. Il n’existe actuellement qu’un seul médicament modificateur de l’évolution de la SP progressive, lequel a fait l’objet d’une approbation conditionnelle pour le traitement de la sclérose en plaques progressive primaire (SPPP) uniquement. Un autre médicament a été homologué aux États-Unis et est en attente d’approbation au Canada pour le traitement de la forme progressive secondaire de la SP. Sur le plan thérapeutique, un médicament efficace contre la SP progressive aurait pour effet de ralentir ou d’empêcher la progression de l’incapacité, ce qui se traduirait par une réduction de l’incapacité globale, le maintien de l’autonomie et une qualité de vie améliorée.

« Il est difficile de déterminer les bienfaits des traitements destinés à contrer la SP progressive, comme le montre le peu d’options thérapeutiques dont nous disposons pour la prise en charge de cette affection », explique le Dr Mark Freedman, directeur de l’unité de recherche sur la SP de l’Hôpital d’Ottawa, professeur à l’Université d’Ottawa et chercheur principal au sein du seul centre de recherche canadien qui participera au nouvel essai. « Nous trouvons très encourageants les premiers résultats obtenus relativement à l’acide lipoïque, mais nous devons mener un essai clinique de plus grande envergure pour nous assurer de l’efficacité de cette substance. S’il s’avère que l’acide lipoïque procure réellement des bienfaits, nous aurons de quoi nous réjouir, car les personnes atteintes de SP progressive disposeraient alors d’une option thérapeutique simple, sûre et abordable pour la prise en charge de cette maladie complexe. »

Le Dr Freedman souligne également qu’il importe que les gens qui ont la SP consultent un professionnel de la santé avant de prendre tout nouveau médicament ou supplément déjà commercialisé mais non homologué.

Les participants à l’essai clinique seront répartis de manière aléatoire pour recevoir de l’acide lipoïque ou un placebo durant deux ans. Pendant cette étude, ces personnes seront suivies relativement à l’innocuité du produit administré et feront l’objet de diverses évaluations en lien avec les changements qui pourraient être observés en ce qui concerne l’aptitude à la marche, les résultats des examens neurologiques ainsi que les clichés d’IRM du cerveau. Les chercheurs analyseront les données qu’ils auront recueillies afin d’établir si l’acide lipoïque peut agir efficacement contre la SP progressive. Les résultats de cet essai devraient être connus à la fin de l’année 2022.

« Nous sommes enthousiastes quant aux possibilités que permet d’envisager l’acide lipoïque relativement au traitement de la SP progressive, affection dont la prise en charge peut être particulièrement difficile », précise Pam Valentine, Ph. D., présidente et chef de la direction de la Société canadienne de la SP. « Le recours à un produit naturel tel qu’un supplément d’acide lipoïque comme option thérapeutique pourrait avoir des retombées considérables pour les personnes qui vivent avec une forme progressive de SP. La Société canadienne de la SP est fière de contribuer, à titre de partenaire, au financement de cette importante initiative de recherche. »

Le processus de recrutement des personnes qui participeront à l’essai clinique a débuté. Il est possible d’en savoir plus sur cette étude en consultant les Nouvelles récentes sur la recherche en SP, diffusées sur le site Web de la Société de la SP. Pour s’informer au sujet des centres de recherche participants situés aux États-Unis, il suffit de se reporter au site Web de la National MS Society.

PERSONNE-RESSOURCE :

Jennifer Asselin

Société canadienne de la SP
1 800 268‑7582, poste 3144
jennifer.asselin@scleroseenplaques.ca

Jennifer Ganton

Institut de recherche de l’Hôpital d’Ottawa
613 798-5555, poste 73325
jganton@ohri.ca
ohri.ca/newsroom

Open navigation