Société canadienne de la sclérose en plaques

Les Directives

Pour améliorer de manière importante leur forme physique, les adultes (âgés de 18 à 64 ans) atteints de sclérose en plaques qui présentent une incapacité légère ou modérée devraient se consacrer à au moins :

  • 30 minutes d’activité aérobie d’intensité modérée, deux fois par semaine
  • deux séances par semaine d’exercices de renforcement des grands groupes musculaires.
  • L’atteinte de ces objectifs pourrait contribuer à réduire la fatigue, à accroître la mobilité et à améliorer certains aspects de la qualité de vie liée à la santé de ces personnes.

Voici le détail de ces recommandations

Activité aérobie Exercices de renforcement
Fréquence Deux fois par semaine Deux fois par semaine
  • Les deux types d’activité peuvent être pratiqués le même jour.
  • Accordez au moins une journée de repos à vos muscles entre les séances d’exercices de renforcement.
Progression

Augmentez graduellement votre niveau d’activité jusqu’à faire au moins 30 minutes d’activité aérobie à chaque séance d’entraînement.

Une répétition correspond à un mouvement complet, par ex. soulever et abaisser un poids.

Essayez de faire de 10 à 15 répétitions de chaque exercice. C’est ce qu’on appelle une série.

Augmentez graduellement jusqu’à faire deux séries de 10 à 15 répétitions de chaque exercice.

Intensité

L’activité aérobie devrait être d’intensité modérée.

Une activité d’intensité modérée équivaut à 5 ou 6 sur une échelle de 0 à 10 et doit faire augmenter votre fréquence cardiaque.

En règle générale, lorsque l’intensité est modérée, vous pouvez parler, mais pas chanter, pendant l’exercice.

Pour les exercices contre résistance, utilisez un objet (poids et haltères, système poulies-courroies, bandes extensives, etc.) qui offre une résistance suffisamment grande pour vous donner du mal à terminer la dernière série de 10 à 15 répétitions de votre exercice, tout en ne risquant pas de vous blesser.

Reposez-vous de 1 à 2 minutes entre chaque série et chaque type d’exercice.

Méthode

Quelques suggestions de mouvements :

Aerobic activities

  • Exercices pour les membres supérieurs : pédalier pour bras
  • Exercices pour les membres inférieurs : marche, pédalier pour jambes
  • Exercices combinés pour les membres supérieurs et les membres inférieurs : appareil d’entraînement elliptique

Exercices de renforcement des membres supérieurs et des membres inférieurs :

  • Exerciseurs à contrepoids
  • Poids et haltères
  • Système poulies-courroies

Autres types d’exercices potentiellement bénéfiques

  • Exercices avec bandes élastiques
  • Exercices en piscine
  • Gymnastique suédoise

Questions et réponses

À qui s’adressent ces directives?

Ces directives s’adressent aux adultes (âgés de 18 à 64 ans) présentant une incapacité légère ou modérée attribuable à une forme cyclique (poussées-rémissions) de sclérose en plaques ou à une forme progressive de cette maladie.

Qui devrait se servir de ces directives?

Les personnes atteintes de SP, les membres de leur famille, les professionnels de la santé et les organismes voués à la promotion de l’exercice ou à l’aide aux adultes atteints de sclérose en plaques peuvent se servir de ces directives, par exemple pour émettre des recommandations en matière d’activité physique dans le contexte de la SP ou pour élaborer des programmes d’exercices adaptés aux besoins des adultes atteints de cette maladie.

À quelle fin ces directives ont-elles été élaborées?

Les Directives ont été élaborées en vue d’offrir un outil de référence pour la prescription de programmes d’exercices destinés aux adultes atteints de SP, l’établissement d’objectifs en matière de promotion de l’activité physique auprès de ces personnes ainsi que la surveillance des niveaux d’activité physique de la population adulte atteinte de SP.

De plus, elles viennent combler des lacunes importantes dans les ressources offertes sur le sujet aux personnes atteintes de SP et aux professionnels de la santé et serviront de base à l’élaboration de programmes et de politiques en matière d’activité physique.

Que m’apprendront ces directives?

The Guidelines outline how a person with MS can include safe, appropriate and effective physical activity into their daily routine. They also provide a reference to what are appropriate physical activity levels.

Où puis-je trouver ces directives?

Les Directives sont diffusées sur les sites Web de la Société canadienne de physiologie de l’exercice (SCPE) et de la Société canadienne de la SP :

En quoi ces directives seront-elles utiles aux adultes atteints de SP?

Ces directives peuvent permettre d’améliorer la condition physique, en particulier l’endurance aérobie et la force musculaire, des adultes atteints de SP. Une telle amélioration s’avère particulièrement importante pour les personnes atteintes de sclérose en plaques très peu actives et dont le niveau de déconditionnement est élevé.

En suivant ces directives, les personnes atteintes de SP pourront 1) voir leur niveau de fatigue diminuer, 2) accroître leur mobilité et 3) améliorer certains aspects de leur qualité de vie liée à la santé. Qui plus est, les experts s’entendent pour dire qu’aucune donnée probante n’indique que ces directives pourraient entraîner l’aggravation de la fatigue ou des symptômes associés à la SP ou l’altération de la qualité de vie liée à la santé. Soulignons que les avantages potentiels de l’activité physique l’emportent sur les risques potentiels liés à ce genre d’activité.

Et si je ne peux pas suivre toutes ces directives?

Les personnes qui ne pratiquent actuellement aucune activité physique peuvent bénéficier du programme recommandé même en diminuant l’intensité, la fréquence et la durée des exercices. Il est d’ailleurs conseillé aux adultes inactifs d’augmenter celles-ci progressivement jusqu’à l’atteinte des objectifs prescrits dans les Directives.

Alors que l’adoption de l’un ou l’autre des volets du programme, soit l’activité aérobie ou les exercices de renforcement, améliorera certains aspects de la forme physique, la pratique de ces deux types d’activité permettra d’accroître les bienfaits du programme.

Qui a élaboré ces directives et quel processus a-t-on adopté?

Les Directives ont été élaborées suivant un processus rigoureux considéré comme la norme internationale relativement à l’élaboration de directives. La première étape a mis à contribution des chercheurs chargés d’analyser de manière systématique la littérature sur la SP et l’exercice. Puis, un groupe de concertation s’est penché sur les données probantes issues de la recherche. Ce groupe était formé de chercheurs spécialisés dans le domaine de l’exercice en lien avec la SP ainsi que de parties prenantes clés, notamment des professionnels de la santé et des fournisseurs de services de santé. Les membres du groupe ont pris part à des discussions sur les données probantes mises au jour, sur lesquelles ils ont basé leurs directives. Celles-ci ont ensuite été soumises à plus de 300 professionnels de la santé, spécialistes du conditionnement physique et personnes atteintes de SP. Enfin, les Directives ont été révisées à la lumière des commentaires reçus de ces groupes cibles et ont été approuvées par les membres du groupe de concertation.

Qui publie ces directives?

La Société canadienne de physiologie de l’exercice publie ces directives en partenariat avec la Société canadienne de la SP et ParticipACTION.

Les Instituts de recherche en santé du Canada ont également participé à l’initiative en finançant le processus d’élaboration.

En quoi ces directives sont-elles différentes des Directives canadiennes en matière d'activité physique à l’intention des adultes ou des directives destinées à d’autres segments de la population?

Le programme d’exercices recommandé dans les Directives canadiennes en matière d'activité physique à l’intention des adultes atteints de SP est moins exigeant que celui qui a été élaboré pour la population en général (150 minutes d’activité aérobie d’intensité modérée ou élevée par semaine et des exercices de renforcement, à raison de deux séances par semaine). Les variations sont fonction des différences observées dans les données probantes qui ont guidé l’élaboration des directives actuelles et dans le niveau de forme physique de base des adultes atteints de SP, lequel est inférieur à celui des adultes de la population en général. Il est donc probable que les personnes atteintes de SP retirent des bienfaits d’un programme d’activité physique moins exigeant que celui des adultes en général.

Les directives à l’intention des adultes atteints de SP sont différentes de celles qui s’adressent aux adultes présentant une lésion médullaire. En effet, pour les premiers, la durée de l’activité physique est plus longue, mais de moindre intensité, que pour les seconds. Soulignons encore une fois que ces variations reposent sur les différences observées dans les données probantes qui ont servi de base à l’élaboration des directives destinées à chacun de ces groupes.

Qu’en est-il du suivi des niveaux d’activité physique des adultes atteints de SP?

Les niveaux d’activité physique des adultes atteints de SP n’ont encore jamais été suivis. Toutefois, grâce aux nouvelles directives, ils pourront dorénavant être mesurés par le North American Committee on MS (comité nord-américain sur la SP), organisme de surveillance des méthodes de prise en charge de la sclérose en plaques.

« Davantage d’information pour les professionnels de la santé »

L’amélioration de la condition physique s’avère particulièrement importante pour les personnes atteintes de sclérose en plaques très peu actives et dont le niveau de déconditionnement est élevé. En suivant ces directives, les personnes atteintes de SP pourront améliorer leur condition physique, notamment sur le plan de l’endurance aérobie et de la force musculaire. Alors que l’adoption de l’un ou l’autre des volets du programme, soit l’activité aérobie ou les exercices de renforcement, améliorera certains aspects de la forme physique, la pratique de ces deux types d’activité permettra d’accroître les bienfaits du programme.

Soulignons que l’activité physique suggérée dans les présentes directives doit être pratiquée en plus des activités de la vie quotidienne. Il serait bon que les adultes atteints de SP désireux de suivre ces directives demandent l’avis d’un professionnel de la santé quant au type et au volume d’activité physique qui leur conviendrait le mieux. Les femmes enceintes et les personnes qui sont atteintes à la fois de SP et d’une autre maladie devraient consulter un professionnel de la santé (médecin, physiothérapeute ou spécialiste du conditionnement physique) avant d’entreprendre tout programme d’exercices. Sans être essentielle, la supervision des séances d’exercices est recommandée lorsqu’on commence à faire de l’exercice ou qu’on se remet à l’entraînement.

Les personnes qui ne pratiquent aucune activité physique peuvent retirer des bienfaits du programme proposé en diminuant l’intensité, la fréquence et la durée des exercices. Il est d’ailleurs conseillé aux adultes inactifs d’augmenter celles-ci progressivement jusqu’à l’atteinte des objectifs fixés dans les Directives.

En adoptant le programme décrit dans les Directives, les personnes atteintes de SP pourraient 1) voir leur niveau de fatigue diminuer et 2) accroître leur mobilité. Par ailleurs, les experts s’entendent pour dire qu’aucune donnée probante ne permet de croire que l’activité physique peut entraîner l’aggravation des symptômes associés à la SP, l’augmentation de la fatigue ou l’altération de la qualité de vie liée à la santé. Ainsi, les avantages potentiels de l’activité physique l’emportent sur les risques potentiels liés à ce genre d’activité.